Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique. Chroniques sur le cinéma, la littérature, les jeux, séries TV, bandes dessinées.

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

 

Après Hommage à J. R. R. Tolkien - Promenade en Terre du Milieu, voici donc le deuxième ouvrage écrit par mes soins, toujours chez Ynnis Editions, à paraître le 10 novembre. En voici la présentation de l'éditeur :

Dans un monde abandonné des dieux, gangrené par une force maléfique appelée la magie, des enfants sont transformés en soldats pour combattre des monstres à travers des rites impies et violents. The Witcher, cette saga sombre, peuplée de créatures folkloriques et de légendes, est devenue l’une des plus grandes séries de jeux vidéo de tous les temps, acclamée pour son écriture mature et complexe. Alors que l’œuvre polonaise a traversé les frontières pour devenir un phénomène mondial, Geralt de Riv, son personnage principal, est désormais une figure majeure de la pop culture du XXIème siècle. Romans, jeux vidéo, séries, comics, longs métrages… Retour sur une saga protéiforme à travers des entretiens et dossiers inédits et richement illustrés !

Le temps d’un ouvrage, explorez un monde original empreint du folklore européen. Vous y rencontrerez entre autres Geralt de Riv et ses pairs, la vénéneuse Yennefer de Vengerberg, des sorcières, des elfes ou des monstres, héros ou anti-héros d’une saga désormais incontournable.

Bienvenue sur le continent.

 

La réalisation de cet ouvrage a duré un certain temps. Dès le mois d'avril 2020, après la sortie de l'ouvrage sur Tolkien, mon éditeur et moi avons discuté d'une nouvelle collaboration. Avec la sortie récente de la première saison de la série Netflix The Witcher, cette franchise nous semblait dans l'air du temps. Votre serviteur a alors réfléchi à un sommaire, discuté et validé par son directeur éditorial, avant de faire des recherches, de lire et de voir les différentes déclinaisons de l'oeuvre d'Andrzej Sapkowski, de contacter des personnes ressources, et, in fine, de s'atteler à la rédaction du contenu. La livraison du manuscrit a été retardée par des aléas éditoriaux liés à la crise sanitaire, mais au final le voilà, presque 18 mois après ses prémisses, cet ouvrage qui vous permettra de savoir tout, ou presque, sur le chasseur de monstres albinos ! Origines, résumés des différents récits, interviews d'experts, influence, au travers d'articles richement illustrés, à l'instar de tous les Hommages édités chez Ynnis. Vous comprendrez ainsi, au fil des chapitres, comment, d'une simple nouvelle écrite un peu par hasard, un voyageur de commerce à la moustache dupondtesque est devenu un symbole pour la culture polonaise, voire une figure tutélaire pour tout un genre...  Comment un enfant abandonné par sa sorcière de mère est devenu une machine -défaillante- à tuer les monstres dans un monde sur le déclin, broyé par les rouages d'une machination énorme. Vous découvrirez ainsi qui est le véritable héros de Wiedźmin.

 

Mais un tel ouvrage, si j'en suis l'auteur, n'a pu se faire sans l'aide d'un certain nombre de personnes. Merci donc à Sébastien et Philippe pour leur soutien jusqu'à la dernière minute du bouclage, à toutes celles et tous ceux qui ont oeuvré au sein de la maison d'édition pour que cet ouvrage voie le jour, physiquement , merci à Camille pour son enthousiasme et son énergie pour donner de la visibilité aux ouvrages Ynnis. Merci à celles et ceux qui ont accepté de relire ma prose, AnneEli et Guillaume, si cet ouvrage est lisible, c'est grâce à vous deux ! Je pense également à Mathieu Saintout, boss d'Arkhane Asylum, à François Hercouët, éditeur chez Urban Comics, à Marcin Blacha, story director chez CD Projekt Red, à Daniel Njo Lobé, acteur de doublage de Geralt dans les jeux video, un homme remarquable (dont vous pouvez lire la deuxième partie de l'interview ici), à Etienne Le Roux, formidable illustrateur... Tout le monde n'a pas pu tenir dans cet opus, c'est pourquoi je vous proposerai prochainement des petits bonus ici même. Restez connecté(e)s !

 

J'espère que vous aurez autant de plaisir à lire cet Hommage que j'en ai eu à le réaliser...

Si vous souhaitez précommander l'ouvrage, c'est par ici !

 

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

 

Partie seule dans un lieu reculé pour les vacances, Lina se perd dans un épais brouillard. Lorsque la brume se dissipe enfin, la jeune fille découvre au cœur de celle-ci un village incongru… peuplé de personnages mystérieux et hauts en couleur.

 

Ynnis Editions présente ce court roman (de 1975) comme étant la source d'inspiration d'Hayao Miyazaki pour Le Voyage de Chihiro. Il y a en effet quelques éléments communs : une préadolescente coupée de sa famille, qui se retrouve à travailler dans un endroit étrange, avec ses propres codes... Il y a aussi une sorcière, pas très aimable, qui prend tout de même Lina sous sa coupe. Une sorcière qui est en fait la tenancière de la pension Picotto, où l'enfant trouve une seconde famille, avec des personnages hauts en couleurs. Pour payer le gîte et le couvert, elle doit travailler auprès des autres résidents de l'Avenue extravagante, une libraire surprenante, un petit garçon qui ne voulait pas enlever son masque, un perroquet appelé Cornichon qui conserve un trésor dans sa cage, un tigre très sensible, un confiseur dont les bonbons ne font pas grossir (mais donnent mal au ventre)...

Une population bigarrée, donc, au sein de laquelle Lina va faire son trou, et va se révéler très douée pour mettre de l'huile dans les rouages... L'autrice, Sachiko Kashiwaba, fait ici preuve d'une belle inventivité, dans un genre que je qualifierais de "merveilleux", probablement inspiré par de nombreuses légendes japonaises. Sympathique, mais ne vous attendez pas à un récit proche du film de Miyazaki. ;)

 

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

Sherlock Holmes, issu de l'imagination fertile de Sir Arthur Conan Doyle, est l'un des personnages les plus connus de la littérature mondiale. Détective hors pair, observateur prodigieux, il fascine nombre de lectrices et de lecteurs. Près de 80 ans après le décès de Doyle, l'écrivain Ransom Riggs (Miss Pérégrine et les enfants particuliers) a décidé de passer en revue un certain nombre de traits permettant de préciser une "méthode" propre au locataire du 221 b Baker street.

 

Cela commence par un inventaire des qualités que doit posséder un détective "classique" : comment interroger un suspect, interpréter des traces de pas, analyser des éléments balistiques ou encore localiser une pièce secrète. Viennent ensuite les talents qui permettent à un homme de se sortir de situations périlleuses : comment se défendre, faire croire à sa propre mort, comment se déguiser, couvrir ses traces...
 

Mais ces capacités ne seraient rien sans celles qui permettent à Holmes de vivre au quotidien : faire une entrée dramatique, gérer ses amis mais aussi interagir avec les membres de la famille royale, ou détecter un canular. Toutes ces qualités permettent de dresser un portrait en creux du plus grand détective du monde, mais Riggs ne se contente pas de cela. Il propose, au fil des chapitres, quelques menus paragraphes sur la vie quotidienne à l'époque victorienne, la mode de l'époque, les conduites addictives en vogue à Londres...

Cela semble assez complet, et les nombreux extraits des différents récits mettant en scène Holmes (et son complice le Dr Watson !) donnent envie de se (re)plonger dans les délices des histoires concoctées par Sir Arthur Conan Doyle, dont la vie est rapidement évoquée en fin d'ouvrage. On saluera les jolies illustrations d'Eugene Smith et la traduction éclairée de Stéphanie Chaptal, pour le compte des Editions Ynnis, qui proposent une belle maquette pour ce petit guide sans prétention mais bien efficace.

 

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Reportages

Ce week-end s'est tenue la troisième (ou quatrième, c'est selon comment on considère l'édition 2020 qui a été annulée pour les raisons qu'on imagine) de la Convention Tolkien à Plouha, dans un joli coin des Côtes d'Armor. C'est un évènement organisé et porté par une trentaine de bénévoles, sous l'égide de la formidable Jackie Le Hervé, qui permet à de nombreux passionnés de se retrouver dans un lieu où l'héritage du Professeur est largement évoqué et célébré, à proximité calendaire du Hobbit Day (qui a eu lieu le 22 septembre). Au programme, des conférences, des séances de signatures de gens liés à Tolkien, des rencontres formelles ou informelles, des matches de trollball, des concours de cosplay (car nombre de visiteurs et de bénévoles s'y déplacent en tenue d'Elfes, de Nains, ou de Hobbits), mais surtout, surtout, de la bienveillance et une ambiance bon enfant. Autour de la très belle salle de l'Hermine, lieu des évènements institutionnels, une quarantaine d'exposants, qui proposent des pièces d'artisanat (articles pour grandeur nature, bijoux, figurines, ou encore des goodies et des livres relatifs à Tolkien (comme sur le stand de l'association Tolkiendil), des cartes réalisées par un Breton pur jus qui n'a ni électricité ni téléphone, des livres proposés en autoédition, des illustrations...

Parmi les invités cette année, les acteurs (français) de doublage de Frodo et Galadriel dans le Seigneur des Anneaux, laquelle interprète de Galadriel a aussi signé l'adaptation française du premier volet, les auteurs de la bande dessinée La Terre du Milieu mais un peu sur la gauche, une parodie, et votre serviteur.



Pour celles et ceux qui ne le sauraient pas, j'ai écrit un ouvrage consacré à Tolkien, dont je fais largement l'article ici. Si vous souhaitez le commander, c'est par là. Pour ma part, sur cette Convention, j'ai assuré une conférence (la première de cette édition et la première tout court pour moi), au cours de laquelle j'ai présenté l'ouvrage, mais aussi répondu à quelques questions sur sa conception, et sur Tolkien. Une conférence suivie d'une interview pour une radio locale, puis une séance de dédicaces au cours de laquelle tous les exemplaires proposés par la Maison de la Presse de Plouha, ainsi que les miens, ont été vendus. Le soir un repas en compagnie des bénévoles a permis de comprendre la passion qui les anime, et d'apprécier leur gentillesse et leur dévouement. Je tiens encore une fois à les remercier publiquement, ce week-end constitue pour pour moi une première, et une belle première, car je n'avais auparavant rencontré physiquement le public en tant qu'auteur qu'au cours d'une petite séance de dédicaces dans un bar parisien, 4 jours auparavant. J'ai eu aussi l'insigne honneur d'assister à la remise d'un exemplaire -dédicacé- de mon mook à la bibliothèque municipale de Plouha.
 

Le lendemain commença justement par une séance de dédicaces et signatures collective réservée aux bénévoles, une belle manière de les remercier. Au-delà de mon ouvrage, j'ai signé des livres d'or, des affiches, un casque, et d'autres choses un peu exotiques... Puis le public a pu venir nous voir, toujours assis en rang d'oignons dans la salle de l'Hermine, et j'en ai déçu quelques-uns en leur avouant qu'il n'y avait plus d'exemplaire. L'après-midi, rencontre en petit comité pour un "Koffee-Klatch", où j'ai pu à nouveau discuter avec trois personnes sur le mook et sur le Professeur. Dernier rendez-vous de la journée sur le stand de la Maison de la Presse, où quelques "fans" avaient déjà leurs exemplaires.

Et figurez-vous qu'on n'a pas parlé que de Tolkien : j'ai évoqué avec les uns et les autres Dune, Shining, le whisky, la culture japonaise...



Au final, un week-end formidable, avec des gens passionnés, dans une ambiance chaleureuse (et sous un ciel radieux, la pluie n'étant tombée que le samedi soir). On y retourne ?

Pour ceux qui auraient un compte facebook, mes photos sont disponibles ici. Pour les autres, j'en ai mis quelques-unes dans cette note... Et sinon la page facebook de l'évènement.

Spooky

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

 

Alors que l’Eikô Maru s’apprête à rentrer à bon port, une lumière aveuglante apparaît sous l’eau et le bateau fait inexplicablement naufrage. Dès lors, toute tentative de secours est vouée à l’échec. Sur la petite île d’Ôto, les habitants cherchent la cause de l’événement désespérément, tandis que des bruits de pas assourdissants se font entendre au loin… Une menace ancienne et titanesque fait alors surface, délogée par les essais nucléaires ayant cours en pleine mer : une créature mythique que les locaux ont surnommée « Godzilla ». Une course contre la montre s’engage pour sauver Tokyo…

 

Né en 1904, Shigeru Kayama travailla d'abord comme fonctionnaire dans différents ministères, puis se mit à écrire différentes histoires, relevant d'abord du policier, puis du fantastique. En 1954 il fut engagé par un des producteurs de la firme Tôho, qui voulait lancer un scénario mettant en scène un monstre millénaire réveillé et transformé par les essais nucléaires, que l'occupant américain réalisait alors dans le Pacifique. Kayama écrivit ainsi un script, qui donna plus tard lieu au premier film Gojira (Godzilla pour les Occidentaux), et à ses nombreuses suites. le récit original n'avait jamais été traduit, et encore moins édité en France, les Editions Ynnis ont donc comblé ce manque dans une belle édition, qui adjoint le second script (renommé Le Retour de Godzilla).
 

L'intérêt de ces écrits est avant tout historique. Ecrits pour le cinéma, ils montrent des hommes et des femmes de la société civile qui se retrouvent intégrés (grâce à leur détermination et leur caractère, voire leur ascendance) dans les forces d'autodéfense nipponnes, des villes dévastées par le gigantisme et le souffle atomique d'un kaiju, un pamphlet même pas déguisé au sujet de l'occupation américaine,e t des ravages que pourraient causer la bombe A et la bombe H si elles venaient à être utilisées à nouveau dans des conflits entre nations. A ce sujet, on notera la façon dont est dépeint Godzilla, à la fois monstre mais aussi victime, au travers du prisme du Pr Yamane, très réservé quant au fait de tuer le monstre (ou plutôt LES monstreS, puisqu'un autre kaiju apparaît dans le second récit).

 

Bref, c'est un peu suranné au niveau de l'écriture (et la traduction n'a pas pu gommer totalement cet aspect), mais c'est assez agréable.

 

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Personnalités

Dans le cadre d'un projet dont je vous parle bientôt, j'ai été amené à rencontrer Daniel Njo Lobé, acteur français qui touche à tout : cinéma, télévision, théâtre, doublage... L'occasion de discuter de son métier si particulier.

 

Le doublage de Geralt de Riv, dans les jeux the Witcher, constitue-t-il un tournant dans votre carrière de doublage ?

Oui et non. D'abord les gens ont mis du temps à comprendre que c’était moi, ma voix étant vraiment différente dans le jeu. C’est très particulier, parce que c’est mon premier -et mon unique- premier rôle dans le jeu video. Je le dis sans agressivité, sans rancœur, c’est surtout des seconds rôles qu’on me propose. J’ai tout de même, parfois, pris un peu cher quand certains se sont rendus compte que le personnage de Geralt n’était pas doublé par un Blanc. C’était violent, on a envoyé quelques messages à des blogs pour les prévenir que s’ils laissaient certaines remarques, ils seraient poursuivis en justice. Tout a été effacé depuis. Mais à l’inverse, et c’est le plus important, beaucoup de gens m’ont défendu par rapport à toutes ces attaques. Je n’ai aucun problème si on m’explique qu’on n’aime pas ma voix, mon jeu. Mais dire que c’est n’importe quoi de prendre un Noir pour doubler Geralt de Riv, je ne peux l’accepter. Le point positif que je retire de tout ça c’est qu’énormément de gens se sont intéressés à mon travail.

 

C’est fou quand même qu’il y ait encore ce genre de remarques… Je pense par exemple à Omar Sy, pour la série Lupin

Oui, tu ne peux pas l’empêcher, malheureusement. J’avais fait la version française de La Belle et la Bête, et il y avait un acteur espagnol, Eduardo Noriega, dans la version française de La Belle et la Bête avec Vincent Cassel, et dû faire enlever des insultes racistes sur des blogs… Ce sont des gens derrière leur écran, qui ne se rendaient pas compte, jusqu’à récemment, qu’il y a un impact à la suite de leurs insultes virtuelles.

 

Quels sont les jalons de votre carrière de doubleur ?

Entre autres, la série Luther, dans laquelle je double Idris Elba, m’a beaucoup aidé, pareil pour the Witcher donc. Ce sont de tels projets qui font progresser parce qu'on doit tenir sur la longueur ; il faut avoir plus de densité, y laisse un tout petit peu de son ADN pour que ce soit réussi. Parfois les textes sont un petit peu trop écrits et pas assez parlés, mais c'est intéressant de trouver la marge de manoeuvre.Sur The Witcher, il avait des moments de colère, qui n’étaient pas tout à fait comme mes moments de colère, mais un peu quand même. Et puis c’est sympa quand sur des tournages, on vous dit « je connais votre voix, mais je ne sais plus d’où… », et qu’après que vous ayiez dit ce que vous avez fait, la personne vous dis « ah ouais, mais c’est super, j’adore ! » (rires) Bon, c’est sympa en ce moment, parce que The Witcher ce sont des jeux video des années 2010, mais en 2030 plus personne n’y jouera (rires).

 

Ce n’est pas trop dur le métier d’acteur en ce moment ?

Je ne me plains pas du tout, parce que contrairement à plein de copains et de copines, j’ai plein de boulot. Je viens de tourner une série pour France 2, qui s’appelle Le Code, où je joue le premier rôle. C’est une série judiciaire (avec des avocats), en 6 épisodes de 52 minutes, qui va être diffusée fin septembre, a priori. C'est une période difficile pour les acteurs et les actrices, donc je m'estime vraiment chanceux. Outre la série de France 2, je joue prochainement dans une pièce de théâtre d’Alexis Michalik, intitulée Le Porteur d’histoires, je viens de faire un épisode de Cassandre (France 3), je joue un médecin dans le prochain film d’Alexis Michalik, Une histoire d’amour, la série la Faute à Rousseau qui reprend, j’ai aussi énormément de doublages… Maintenant, il faudrait que je prenne mon courage à deux mains, et que j’aille à Londres, quand la situation sanitaire le permettra, pour donner un nouvel élan à ma carrière. Ce n’est pas que je n’aime pas la France, mais avec ma taille (1,90 m), la voix que j’ai, je suis un peu cantonné aux mêmes rôles. Quand tu es grand, à l’écran, on ne connaît pas ta taille. Tu prends l’écran. Certains acteurs ne veulent pas tourner avec moi pour cette raison. Et ce n’est pas une question d’ego mal placé. Les places sont chères, et il vaut mieux éviter ce genre de situation. J’ai envie d’aller dans des univers où mon physique ne sera pas un problème, où ça ne détonnera pas. Là j’ai l’opportunité d’aller vers l’international, de passer des castings ailleurs, ce n’était pas possible auparavant, pour des raisons qui n’ont rien à voir avec le métier. Pour faire ça, il faut être prêt à ne pas bosser pendant un mois, deux mois, trois mois, avoir de l’argent de côté, pouvoir payer les hôtels, les restaurants, et vivre entretemps. Pour vous lancer, il faut parfois emprunter de l’argent, et faire de la stratégie pendant six mois. Quand on est en stage intensif d’acteur pendant deux ou trois mois, il n'y a aucune rentrée d'argent. Il faudrait pouvoir faire ça quand on débute dans le métier, viser haut très vite, mais aussi rester cohérent. Viser très haut, ça ne veut pas forcément dire vouloir faire des Marvel, parce que c’est violent, abrutissant… Il faut rester en accord avec sa sensibilité artistique. Le problème en France c'est que si vous jouez un rôle on va vous le proposer plusieurs fois. J’ai joué un avocat en 2005, puis un deuxième, un troisième, un quatrième (et je suis particulièrement heureux du dernier)… J’ai joué un infirmier gay dans une série pendant quatre saisons, et pendant quelques années on m’a proposé beaucoup de rôles d’homo.

 

A quoi attribuez-vous ce fait d’être mis dans des cases, en quelque sorte ?

On est dans un marché français où les gens ont tellement besoin d’être rassurés… Ils ne prennent pas de risques, ils veulent que ça marche tout de suite… Mais pour être dans cette tendance, il faut avoir entre 25 et 35 ans, et je n’ai plus l’âge. Je ne renie pas ces "cases", elles m'ont souvent permis d'avancer. Mais si l’on veut passer à un autre stade et continuer à bosser, il faut créer ses propres projets, écrire, produire…

 

Et pourquoi ne pas aller directement aux Etats-Unis ?

Je ne suis pas très fan de ce pays. Dès que vous sortez de New York, San Francisco ou Los Angeles, vous êtes confronté à des choses très dures du point de vue culturel. Et au niveau du jeu d'acteur, beaucoup s'enferment dans des codes de jeu un peu caricaturaux qui leur enlèvent de la vérité. Nous on trouve ça génial, parce que ce sont des Américains. Et on peut dire ce qu'on veut mais on ne connaît pas si bien que ça cette culture et à doubler c'est compliqué parce que c’est quasiment impossible que ça ne «sonne » pas doublage… J’ai plus progressé en doublage sur les films anglais. Il y a une théâtralité, certes, mais une vérité du jeu qui est plus proche de la nôtre. Le jeu des doubleurs et des acteurs français a également progressé, une théâtralité qui se gomme progressivement. Comme il y a beaucoup d’acteurs de cinéma qui sont venus à la télévision et au doublage, ils ont, avec les nouvelles générations d'acteurs et d'actrices, apporté cette vérité.

 

Quand on regarde votre carrière, on se rend compte tout de même que vous avez touché un peu à tous les médias : théâtre, cinéma, télévision, et doublage pour petit et grand écrans en plus des jeux vidéo… Je me demandais si cet éclectisme était courant parmi les acteurs français…

Alors déjà, il faut avoir la chance d’avoir un physique qu’on veut voir, pas forcément être beau mais un physique qui accroche et une voix qu’on veut entendre, pour jouer sur plusieurs tableaux. Là tu n’y peux rien, c’est merci Papa, merci Maman, le Bon Dieu pour certains. Je ne me dévalorise pas, mais je ne suis pas un acteur de génie. Je suis besogneux, je mets du temps à comprendre ; ça m’a parfois porté préjudice, parce qu’on a besoin de travailler vite. Mais dans le résultat, si on me laisse du temps de préparation, je peux être aussi bon qu’un autre, voire un peu meilleur. Mais les autres vont plus vite, et ça joue. J’ai mis du temps à contourner cette difficulté, c’est mon côté un peu diesel. Turbo mais diesel. Sinon, parmi les acteurs polyvalents, qui sont sur scène, à l'écran ou dans les studios, il y a Nicolas Marié, Jérémie Covillault, par exemple. On doit être une petite dizaine à faire un peu de tout. Souvent c'est vrai que notre métier est cloisonn, la télé ne rencontre pas toujours le cinéma, le cinéma ne rencontre pas toujours le théâtre, le théâtre ne rencontre pas souvent les studios de doublage de voix de pub. Et puis faire beaucoup de choses c'est dur, c’est dur ; j’ai eu des soucis de santé à un moment, de l’extrême fatigue… En vrai, pour faire ce métier, il faut quasiment être un athlète de haut niveau, pour être performant, et durer. Je m’estime chanceux, le métier en France est très dur, il y a beaucoup d’obstacles.

Pour en revenir à Omar Sy, il a été obligé de partir parce qu’en France, on ne lui proposait que des rôles limités : « Tu comprends, il a des problèmes de logement parce qu’il est noir… » ; « C’est un gros dragueur… ; « Il est grand, alors il joue au basket… » [Daniel Lobé souffle en levant les yeux au ciel] Sa réaction (et la mienne) serait « Ah vous en êtes là ? Eh bien on va se dire au revoir, hein… » Omar Sy est excellent dans Lupin ; pour moi ce mec a la grâce, un peu comme Will Smith. Ce ne sont pas forcément des grands acteurs, au sens Actor's Studio du terme, mais ils dégagent quelque chose de très fort. Omar Sy a une sympathie, une aura, qui lui procurent du charisme et une présence dingue à l'écran. Tu as envie de le regarder, tu as envie qu’il aille bien. Il te fait un sourire, tu es sous le charme, il t’a tué.

 

Comment vous vous situez par rapport à ce genre d’acteur ?

Encore une fois je ne me dévalorise pas, mais je pense que je suis un acteur plus « technique », un peu moins spontané. J’avais eu les boules, mais j’avais fait le casting de Soul (film d’animation Disney/Pixar sorti en 2020, NdR). J’avais fait toutes les bandes-annonces, et même 25 minutes d'essai du film. Pour le coup j’étais inversement énervé par rapport au Witcher. Il y avait tout un univers new-yorkais de jazz, qui déjà dans la bande-annonce que j'avais enregistrée avait été gommé. Il fallait le retranscrire, surtout à l'écriture de la traduction. Ce ne sera jamais aussi bien que la VO, mais dans sa manière de parler, Jamie Foxx avait cette sensibilité. Autant dans The Witcher, le côté new-yorkais de la voix américaine me semblait déplacée, et j'ai essayé de faire un travail plus "médiéval", autant là j’avais envie d’aller sur ce registre de la culture noire américaine. Et c’est gommé dans la version française de Soul. On nous dit « mais ça ne parle pas au public français », mais je en suis absolument pas d'accord. Soul est très bien en français et ça fonctionne, parce que c'est Omar Sy. que c'est pour ça qu'il est choisi. Qu'il imprime toute sa sensibilité et sa personnalité au rôle, qu’on l'entend, et qu'on l'aime tout de suite. Et que Disney a besoin qu'on le reconnaisse et ne laisserait certainement pas changer sa voix. Mais personnellement sur chaque rôle de doublage que je fais, même si c’est ma voix, j’aime l’idée du travail de transformation vocale et d'aller le plus possible vers un personnage qu’on ne me reconnaisse pas forcément.

 


Pour avoir un aperçu de la carrière de Daniel Lobé, rendez-vous ici.

Interview réalisée par Spooky, en juin 2021.

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

«  On entre, on prend le fric, on ressort. Personne ne sera blessé.  » 
Damien, Élie, Audrey et Driss étaient certains d’avoir trouvé la réponse à tous leurs problèmes : braquer un bijoutier véreux, qui ne risquerait pas de porter plainte. Mais maintenant, l’irréparable a été commis, et un monstre vengeur est lâché à leurs trousses.
Olivier Salva, policier placardisé dans un groupe de surveillance, devient malgré lui le témoin clé d’un cyclone meurtrier, et se retrouve plongé dans le sillage d'un assassin aussi glacial que méthodique.
Des contrées désertiques aux méandres des rues toulousaines, quand la vindicte est en marche, plus rien ne peut l’arrêter…

 

Cédric Sire était jusqu'à ce roman, paru en 2019 chez Cosmopolis (puis en poche chez Harper Collins), connu sous le nom de Sire Cédric. Un virage symbolique puisque l'un des personnages principaux est une personnes dont l'identité a été effacée. C'est aussi, à l'instar du tueur diabolique et insatiable qui donne libre cours à sa vindicte, une métamorphose : l'auteur teintait jusque-là ses polars et ses thrillers de fantastique, de paranormal, ici point d'éléments surnaturels. Recommandé par Franck Thilliez, un autre auteur brillant du genre, Cédric Sire propose un récit percutant, échevelé, qui ne laisse que peu de temps pour souffler. Ses chapitres sont courts, voire très courts, et passent très vite d'une trame narrative à l'autre, nous permettant de suivre deux traques sans pitié. Certes, le roman fait presque 800 pages en édition de poche, mais on ne les sent absolument pas, l'auteur se révélant comme un redoutable page-turner.

 

Il va falloir que je me penche sur le reste de sa production...

 

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky

Ce film est le dernier de la Phase 3 du Marvel Cinematic Universe, après le cataclysme provoqué par Endgame, et la disparition d'un certain nombre de membres des Avengers (et associés). Peter Parker, alias Spider-Man, a bien du mal à gérer la mort de Tony Stark, qui lui a légué en quelque sorte une partie de ses responsabilités. Mais le jeune homme décide d'ignorer celles-ci (comme les appels récurrents de Nick Fury, lui-même orphelin du S.H.I.E.L.D.) pour se projeter dans le futur voyage en Europe de sa classe. Enfin quand je dis Europe, c'est Venise et Paris qui sont prévus au programme. L'adolescent souhaite profiter de l'occasion pour déclarer sa flamme à l'inaccessible et futée MJ. Mais bien sûr tout ne se passe pas comme prévu, et une nouvelle menace sur l'humanité sort -littéralement- des flots à Venise. Mais alors que l'apprenti super-héros hésite à s'engager dans la bataille, un homme volant, dont le visage est dissimulé par un globe, apparaît et attaque la créature élémentaire qui commence à détruire la Cité des Doges. C'est une rencontre marquante et providentielle qui s'offre au jeune homme...

Toujours co-produit par Sony et Marvel Studios, toujours réalisé par Jon Watts, et avec Tom Holland en tête d'affiche. Une équipe qui gagne, puisque ce nouvel opus est plutôt réussi, utilisant toujours ce panachage d'humour et d'action qui font l'essence des histoires du Tisseur et le succès des films. Ce "deuxième" film est plutôt plaisant à suivre, relativement linéaire, et même un peu surprenant pour qui ne connaît pas le personnage de Mystério (ou l'a oublié, comme votre serviteur). Il se passe un certain nombre de choses intéressantes dans l'optique du MCU dans ce long métrage : l'évocation d'un multivers au sein duquel coexistent plusieurs versions de la Terre, une "mise à jour" du costume du Tisseur, ainsi qu'une évolution de sa vie amoureuse et de celle de son entourage. Le personnage de Happy, ancien majordome-garde du corps-chauffeur de Tony Stark, est désormais le sidekick, ou une sorte de pendant encore plus comique que l'adolescent qui se prend pour une araignée.

Le point le plus surprenant du film est peut-être la présence de Jake Gyllenhaal, un des meilleurs acteurs de sa génération, mais qui préfère en général les productions indépendantes (dans lesquelles il est souvent parfait) aux grosses productions survitaminées. Mais on imagine que c'était une sorte de revanche pour celui qui avait failli remplacer au pied levé Tobey Maguire dans le premier Spider-Man de Sam Raimi. et encore une fois il est bluffant, passant de la figure paternaliste et blasée à la folie pure. Il est d'ailleurs à deux doigts de voler la vedette à Holland, qui est très bon dans son rôle.

Pas content Papy Fury.

Au final, on passe un bon moment, et on se dit qu'on va voir Spider-Man prendre de plus en plus de place dans les prochains segments du MCU.


Spooky
 

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

 

Lors de la parution en français de ce premier roman de Hugh Howey, en 2013, l'auteur était présenté comme le nouveau phénomène de la SF. Mais qu'en est-il vraiment ? Et d'abord, ça raconte quoi, Silo ?

 

Nous sommes dans une futur indéterminé, post-apocalyptique. Les survivants sont entassés dans un bunker souterrain profond de 144 étages, avec une société bien réglée. En haut les nantis, qui permettent aux autres de venir de temps en temps observer la vue extérieure, ravagée par des gaz délétères et jonchée des cadavres de celles et ceux qui pour des crimes ou des pensées interdits, ont été envoyés au nettoyage des capteurs extérieurs et sont restés dehors. Une micro-société dans laquelle les places sont limitées, un décès donnant lieu à une loterie permettant aux couples candidats d'avoir le droit d'avoir un enfant. Une micro-société régulièrement secouée par des insurrections, et où la mort du shérif Holston va entraîner l'arrivée aux affaires de Juliette, un agent de maintenance plutôt maline, qui va découvrir que le Silo est basé sur un gigantesque mensonge...

Le début du roman n'est pas des plus joyeux. On commence par la sortie à l'extérieur du shérif, après qu'il se soit posé des questions sur le "nettoyage" de son épouse. Sa place laissée vacante va être l'occasion pour la maire Jahns de bousculer l'ordre établi, avant d'elle-même subir les rouages destructeurs de ceux qui tirent les ficelles dans l'ombre... Nous assistons au décès de plusieurs personnes, que Howey avait pris le temps de bien installer. Une grosse moitié du roman (750 pages en poche) baigne dans une atmosphère de mélancolie, à tel point que je me suis cru dans un ouvrage sur le deuil... Et puis à partir du moment où Juliette, la nouvelle shérif, entre en action, renversement de situation, tout s'enchaîne et nous nous retrouvons sur deux théâtres narratifs. Et il se passe beaucoup de choses dans ces deux trames narratives. Howey alterne action, émotion, avec pas mal de brio.

Je ne sais pas trop quoi penser de la fin, qui participe d'une certaine logique, mais manque peut-être d'un peu de punch, d'audace. L'auteur a écrit deux suites, Silo Origines et Silo Générations. J'ai bien aimé ce premier opus, mais je ne sais pas si ces suites seront véritablement originales. Et vous ?


Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky

 

Hans-Ake Lilja est un fan suédois de Stephen King, au point, il y a plus de 20 ans, de créer un site -anglophone-, consacré à l'Horrorus Rex. Pour fêter ces vingt ans, Lilja a décidé de réunir une douzaine de récits de et inspirés par son idole dans un anthologie. Cela donne Shining in the Dark.

 

Mais qui dit "anthologie", dit -hélas- qualité diverse. En effet pour ces 12 récits (et 13 auteurs), les statuts sont différents. Certains récits sont inédits, d'autres ont déjà fait partie de recueils, certains des auteurs sont contemporains, et l'un est plutôt ancien (Edgar Allan Poe). A tout Roi tout honneur, c'est un récit de King publié en 1971 puis en 1981, Le Compresseur bleu, qui ouvre l'anthologie. Et qui est loin d'être son meilleur. Il y a d'autres grands noms du fantastique dans le recueil : Clive Barker, Ramsey Campbell. Il y a aussi des copains de King : Bev Vincent, Stewart O' Nan, Richard Chizmar et un auteur aussi rare que prodigieux, Jack Ketchum, hélas décédé depuis trois ans. Amatrices et amateurs d'histoires, je vous recommande Une fille comme les autres et Fils unique, mais aussi Comme un chien. Ici nous avons une nouvelle écrite avec P. D. Cacek, sur les pièges des réseaux sociaux, assez réussie.

Parmi les récits que j'ai beaucoup appréciés, je citerai L'Attraction des Flammes, qui raconte le calvaire de deux adolescents qui se laissent entraîner dans une sorte de maison hantée de foire. La montée de l'horreur de ce huis-clos est très efficace, et la chute, qualité essentielle dans l'écriture d'une nouvelle, vraiment réussie. Elle est l'oeuvre de Kevin Quigley, qui indique s'être inspiré de la Foire des Ténèbres, classique du genre de Ray Bradbury.

Aeliana, écrit par Bev Vincent, est aussi efficace dans le genre récit très court sur une créature capable de changer de forme et qui ne chasse que pour se nourrir. La Fin de toutes choses, de Brian Keene, est un récit intimiste extrêmement touchant sur la perte accidentelle d'un enfant. Un petit mot du Coeur révélateur, d'Edgar Poe (traduit par Baudelaire) : c'est assez léger, et un peu daté, malheureusement. L'Amour d'une mère, de Brian James Freeman, vaut surtout par sa chute, que je n'ai vue venir que juste avant. Malin.

Le plus gros morceau du recueil se trouve à la fin ; il s'agit de Le Manuel du Gardien, une novella d'une cinquantaine de pages de John Ajvide Lindqvist (qui s'est fait connaître par son roman vampirique Laisse-moi entrer, adapté deux fois au cinéma). Il nous raconte l'histoire d'Albert, lycéen féru de jeux de rôles qui invoque par erreur lors d'une partie une entité mystérieuse, qui semble surveiller l'adolescent de très près... Hommage appuyé aux récits lovecraftiens, dont un écrit par Robert Bloch, auquel Lindqvist a emprunté son monstre, un vampire stellaire.

A noter que la totalité des nouvelles, hormis celle de Poe et celle de Campbell (Jean-Daniel Brèque) a bénéficié des traductions d'Eric Holstein et Annaïg Houesnard. On en vient à ce qui constitue pour moi le point éditorial faible de cette anthologie, qui bénéficie cependant d'une très belle maquette : chaque nouvelle est complétée par deux petits bonus, une sorte de résumé et une anecdote sur l'idée ayant inspiré l'histoire. Des bonus qui sont TOUS relégués en fin de volume, ce qui oblige la lectrice ou le lecteur soit à aller en fin de volume à l'issue de la lecture de chaque nouvelle, soit, arrivé(e) au bout de la lecture des récits, à retourner se remettre en tête les différents récits en lisant ces bonus. Bref, pas très bien pensé, j'estime qu'il eût été bien plus utile de mettre les bonus à la fin de CHAQUE nouvelle. Cela coupe, à mon avis, l'expérience de lecture.

 

Spooky

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog