Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique. Chroniques sur le cinéma, la littérature, les jeux, séries TV, bandes dessinées.

livres

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

L'ironie du sort et le hasard des lectures font que j'ai attaqué -et terminé- ce Stephen King, le dernier en date traduit en français, pendant la période de confinement en France. Pourquoi mentionner ce fait ? Parce que l'histoire de l'Institut se déroule dans un endroit clos, au sein duquel des enfants ayant des caractéristiques particulières, sont détenus après avoir été arrachés violemment à leurs familles.

 

Luke est un enfant de 12 ans, dont l'intelligence supérieure le destine à de grandes choses. C'est d'ailleurs après avoir passé les tests d'admission pour deux universités prestigieuses qu'il se réveille, un jour funeste, dans une chambre qui ressemble à la sienne mais n'est pas la sienne. Celle-ci donne sur un couloir, au sein d'un bâtiment inconnu. Luke va y faire la connaissance de plusieurs autres enfants, entre 8 et 18 ans, qui ont des dons de télékinésie ou de télépathie. Luke a remarqué que parfois, autour de lui, des choses étranges se passent : des portes qui claquent toutes seules, des assiettes qui tombent d'une table... Tous ces enfants ont de tels talents, plus ou moins développés. Dans ce que leur directrice nomme l'Institut, on leur fait passer différents tests, on leur injecte des produits sans leur expliquer leurs effets, on fait en sorte qu'ils vivent dans la peur. Cela dure deux à trois semaines, après quoi les enfants sont emmenés dans une autre partie de l'Institut, surnommé l'Arrière, de laquelle ils ne reviennent plus. Voyant ainsi partir un par un ses compagnons d'infortune, avant que son tour n'arrive, Luke décide d'agir. D'autant plus que les tests des gens de l'Institut... ont libéré, provoqué quelque chose.

 

Avec ce nouveau roman, Stephen King revient à l'un de ses thèmes préférés, ou plutôt un de ses héros préférés, à savoir le préadolescent. Nombre de ses meilleurs bouquins (en vrac, Stand by Me, La Petite fille qui aimait Tom Gordon, Carrie...) ont pour héros des personnes de cette classe d'âge. Ici nous suivons donc Luke, un garçon extrêmement intelligent (tellement parfois que c'est un peu too much... L'auteur semble oublier parfois qu'il n'a que 12 ans), capable de faire ce que personne ne ferait à sa place, et probablement pas un adulte. Luke dont la trajectoire va rencontrer Mike, ancien flic qui a tout plaqué à la suite d'une fusillade qui a dégénéré et a décidé de recommencer à zéro en tant que veilleur de nuit dans un trou à rats de Caroline du sud.

Ce roman m'a globalement déçu.

 

Certes, la destination de l'Institut est intrigante, et on ne la connaîtra que dans les ultimes pages, les meilleures. Certes, le personnage de Luke est émouvant. Il est bien écrit, c'est indéniable, mais je n'y ai pas trouvé cette étincelle, ce passage qui pourrait m'émouvoir aux larmes, comme cela a pu m'arriver pour d'autres. Ni cette dimension sociale qui a fait de King un écrivain qui fait "plus que des histoires de trouille" ces dernières années. Je n'ai pas eu ce frisson en lisant un passage de pure terreur, d'action trépidante à même de me faire rater ma station de métro (bon ok, je n'ai pas pris le métro depuis 2 ou 3 semaines, mais ce n'est pas une raison). Sans dire qu'il est fade, que je me suis par moments franchement ennuyé à sa lecture ; je classerais cet Institut dans une catégorie intermédiaire, celle des "bien, mais sans plus" qui sont nombreux chez King (et ceci alors qu'il a aussi quelques chefs-d'oeuvre). Si le sujet rappelle un peu The Shining ou Charlie, voire Carrie, je ne vois pas trop comment ce segment peut se raccrocher au reste de son oeuvre, malgré un clin d'oeil à Salem, et comme parfois, à l'actualité (l'élection de Trump, le Brexit). Pour tout vous dire, j'ai un peu eu l'impression de lire la version étendue (en version française grand format, le roman compte 600 pages) d'une nouvelle ébauchée dans les années 1970, reprise dans les années 1990 (lorsque King luttait contre ses démons et livrait des récits un peu trop faciles) et actualisée dans les années 2010 avec des références historiques et technologiques. Des fonds de tiroir, King doit encore en avoir quelques-uns.

 

Bref, un bon moment de lecture, mais pas inoubliable.

 

Spooky.

 

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

Bob Leman est un écrivain américain (1922-2006) qui n'a à son actif qu'une quinzaine de nouvelles passées à la postérité, et qui n'a eu l'honneur d'une traduction sous nos cieux qu'il y a une vingtaine d'années, dans la revue Fiction. Sous l'impulsion d'auteurs gravitant autour des librairies de genre Charybde et Scylla (sises à Paris), un processus de retraduction et de publication, financée par un crowdfunding, ont permis aux Editions Scylla de ressortir un recueil de la moitié de ces nouvelles (dont deux inédites en français), sous le titre générique de Bienvenue à Sturkeyville, car elle s'y passent toutes.

 

Et je dois avouer que la lecture fut plutôt profitable. Bob Leman est un écrivain qui émarge dans le fantastique, le bizarre, si l'on peut qualifier l'atmosphère dans laquelle baignent ces nouvelles : mutations lentes, vampires inattendus, créatures aquatiques, demeures manipulatrices, voyageurs intemporels, en 6 nouvelles de 15 à 50 pages il brasse plusieurs thèmes classiques. Et de belle manière, la plupart du temps. Sans atteindre la maîtrise de l'exercice de Stephen King, il se montre assez efficace, avec une langue riche et sensuelle parfois. Sans verser dans les excès à la Lovecraft, dont il fut presque contemporain, il constitue une belle découverte. Dommage que son oeuvre fût si ténue...

 

Je recommande, évidemment.

Pour plus d'infos, rendez-vous .

 

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

 

Luke Rhinehart, psychiatre de son état, a une vie morne et bien réglée entre sa femme ennuyeuse, ses enfants insupportables et ses patients qu'il écoute sans jamais les bousculer. Puis un soir, après une soirée poker avec ses collègues, lui prend l'envie d'aller violer la femme de l'un d'entre eux. Il décide de jouer la chose aux dés, et ceux-ci sont favorables. Il décide alors de jouer l'étape suivante avec ces mêmes dés. Et ainsi de suite. Jusqu'à s'effacer totalement derrière l'Homme-Dé, devenir quelqu'un d'autre en permanence, tente d'embrigader ses collègues, ses patients aux bienfaits des dés...

 

Mais au bout de quelques mois de vie-dé, Rhinehart déraille : son comportement erratique le fait expulser de l'association des psychiatres, sa femme est prête à divorcer, il est au bord du meurtre... Pourtant il a le temps de trouver des disciples, et même d'ouvrir des sortes de centres-dé. D'exposer longuement sa théorie, qui vise à déconstruire la personnalité, à rendre tout un(e) chacun(e) malléable, adaptable, lui faire jouer des dizaines de personnalités différentes, pour lui permettre de ne pas être aliéné par la société folle qui nous entoure.

 

Le roman, qui date de 1971, est en fait semi-autobiographique, puisque l'auteur, de son vrai nom George Cockcroft, psychiatre de son état, semble avoir expérimenté une partie de ce qu'il raconte dans le livre. ce sont les dés qui me l'ont dit. Une période de révolution sociologique, de liberté sexuelle. L'auteur use et abuse des scènes de sexe, explicites, voire trash par moments. Si sur le papier, l'idée de base est intéressante (pour ne pas dire séduisante), le roman montre bien à quelles extrémités une telle philosophie peut mener. L'histoire se présente sous forme de récits classiques des aventures de l'Homme-Dé, entrecoupé d'extraits de correspondance avec ses disciples, ou encore des comptes-rendus d'audiences de police. J'ai trouvé assez tordue la scène où Rhinehart se fait interroger par un flic, faisant ses aveux, ou plutôt indiquant que ceux-ci lui avaient été dictés par les dés, sans toutefois préciser s'il s'agissait de la vérité. Un positionnement bien sûr dicté par les Dés...

 

Considéré comme subversif, l'Homme-dé a été longtemps censuré dans un certain nombre de pays. En France ce sont les Editions Aux Forges de Vulcain qui ont décidé de le rééditer (après les Editions de l'Olivier en 1995), et de publier ce roman très particulier, considéré par certains comme un chef-d'oeuvre de la littérature du XXème siècle. Pour ma part, sans être particulièrement fan de l'ensemble, je l'ai trouvé intéressant, comprenant qu'il ait pu sembler "révolutionnaire" à une certaine époque. Une curiosité satisfaite par une lecture qui fut longue et un peu difficile par moments, essentiellement par manque de temps. Mais c'est un ouvrage à connaître, assurément.

 

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

 

Au début de l'été, Philip Hastings, son épouse Gloria, sa fille Gabbie et leurs jumeaux Sean et Patrick emménagent dans une maison un peu paumée de l'Etat de New York, à Pittsville. L'endroit est surnommé "la Colline du Roi des Elfes", sans que l'on sache vraiment pourquoi. Mais très vite des évènements étranges affectent la famille Hastings : Gabbie rencontre des jeunes hommes à la beauté surréelle dans la forêt qui jouxte la propriété, l'un des jumeaux, surpris par la crue de la rivière voisine, manque de se faire attraper par une créature mi-singe mi-araignée qui occupe le pont sous lequel elle passe, et le chat de la famille se fait éviscérer par une créature inconnue dans la cave. Tout cela alors que l'ancien propriétaire de la maison, un entrepreneur venu de Prusse, semble avoir été mêlé à des évènements surnaturels dans son pays d'origine...

Au début de sa carrière, dans les années 1980, Raymond Elias Feist était catalogué comme un héritier de Tolkien, avec ses Chroniques de Krondor notamment. Il a écrit d'autres cycles relevant de la fantasy, et un seul roman est indépendant au sein de sa riche production. Ce Faërie, qui est sorti au début de l'année 1988, et se place dans un genre différent. Il s'agit en effet d'une (la seule ?) incursion de l'auteur dans un récit mêlant légendes d'inspiration celtique et horreur pure. Il s'y montre particulièrement efficace? Et ce, dès les premières pages, ou presque, instillant une atmosphère très inquiétante, avec ces yeux qui scrutent les moindres faits et gestes des Hastings, que ce soit dans le voisinage ou à l'intérieur de leur propre maison. Des créatures qui semblent sortis tout droit de livres de folklore irlandais ou de nos pire cauchemars tournent autour de cette gentille famille pour l'amener à dévoiler le secret de cette maison isolée...

Malgré des conditions de lecture pas simples, j'ai été très vite happé par celle-ci, ayant des frissons aux moments les plus inquiétants, ressentant de la compassion pour les Hastings et leurs amis. Je me sentais un peu revenu à mes plus belles heures de lectures des romans de Graham Masterton, autre auteur du genre qui s'appuie sur les mythes (essentiellement nord-américains, mais pas seulement). J'ai par exemple vibré dans une séquence où l'on voit, où l'on vit, la détresse des deux parents, leur impuissance face à la maladie étrange d'un de leurs enfants... Très vite happé, et tenu en haleine jusqu'au dernier gros tronçon. Car le récit bascule alors dans une quête initiatique, ou un parcours dans les mythes celtiques, avec une mise à l'épreuve de l'un des jumeaux. Le rythme se ralentit, devient presque lénifiant, et surtout Feist commence à se répéter, à se paraphraser. Si le changement de rythme peut se justifier (après tout, on est à ce moment-là dans une sorte de dimension parallèle), les répétitions, pas vraiment. L'auteur semble d'ailleurs avoir réellement du mal avec la gestion du temps sur cette fin de roman, car la séquence suivante se passe pendant que le carillon d'une église voisine sonne les douze coups de minuit, une séquence qui semble durer... Une demie-heure ou une heure.

 

En définitive il s'agit d'un roman qui commence très bien, qui tient son lecteur ou sa lectrice jusqu'à ses deux tiers, et qui se crashe sur la fin du parcours. Je citais Masterton en référence, et je persiste, car la plupart des romans que j'ai pu lire de cet auteur (mais je sais que ce n'est pas la majorité) souffraient de ce défaut majeur. Dommage.

 

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

 

Quel plaisir de retrouver le Département V pour ce huitième opus ! Surtout que nous voilà, avec cet antépénultième épisode, dans le tronçon consacré à Assad, l'assistant syrien un brin gaffeur et haut en couleurs de l'inspecteur Carl Morck.

Sauf que, et les épisodes précédents le laissaient affleurer, Assad n'est pas syrien. Ni gaffeur. Que son côté folklorique n'est qu'une façade. Il ne s'appelle même pas Assad, en réalité. Jussi Adler Olsen, après nous en avoir dit plus sur l'assistante Rose, nous fait donc entrer dans la tête d'Assad, l'un des personnages les plus poignants, forts et surprenants que j'aie jamais lus. Le passé du policier danois (d'adoption) refait surface lorsque le corps d'une vieille femme, prise en photo presque par hasard sur une plage chypriote, fait la une des journaux. Venue de Syrie, elle a comme des dizaines de milliers de personnes chaque année tenté de rallier les pays européens sur un bateau de fortune. Cette personne a recueilli Assad et son épouse lorsquu'ils fuyaient le régime de Saddam Hussein, mais notre inspecteur la croyait morte depuis longtemps... Une mort qui survient juste après que le commissaire principal, mentor d'Assad, fût décédé de façon tragique, rapidement suivi par le suicide de son frère...



Ne pouvant refouler les réminiscences du passé face à ces disparitions rapprochées, Assad décide alors de raconter celles-ci aux seuls amis qu'il lui reste, ses collègues du Département V. Un récit tétanisant, abominable, qui les amène à tout plaquer pour l'aider, car le cliché de son amie morte s'est accompagné d'autres, sur lesquels apparaissent également son épouse et l'une de ses filles, mais aussi celui qui les a enlevées une quinzaine d'années auparavant en Irak... Le sujet de ce huitième opus est dur, très sombre. Il se réfère à une réalité dramatique, l'odyssée de milliers de personnes fuyant la guerre ou la famine chez elles, et traite en deuxième vague de terrorisme. Si l'humour est toujours présent par intermittences -via le personnage de Joan Aiguader, reporter catalan un brin médiocre, ou encore via la relation de Carl avec son ex-belle-mère, l'ensemble de l'environnement de celui-ci semble le faire entrer dans un âge adulte (à 54 ans, il était temps). 

 

Et. Bordel, Adler Olsen a réussi une nouvelle fois à me prendre aux tripes. En écrivant des choses atroces sur ce que des terroristes peuvent faire subir à des gens innocents. En montrant comment l'amour, la rage, la colère et le chagrin peuvent être destructeurs, mais aussi générateurs d'actions déterminantes. J'ai DEVORE les trois quarts du bouquin. 570 pages à raison de plus de 90 pages par jour, je n'avais pas connu un tel rythme de lecture depuis les grandes heures où je lisais Stephen King, adolescent. C'est incroyable comme cet auteur danois monte en puissance sur sa série. Il reste deux volumes à sortir, le neuvième centré sur Carl Morck, le dernier, selon les mots d'Adler Olsen lui-même, opérant une boucle sur l'ensemble de la série. J'ai hâte, vraiment hâte.

 

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

J'ai un truc à vous dire.

 

L'année dernière j'ai écrit un livre. Depuis le temps que je tourne autour de Tolkien, que je lis ses bouquins, en français, en anglais, que j'en lis sur sa vie ou son oeuvre, en français, en anglais, en espagnol, il fallait bien que je fasse quelque chose de tout ça, en plus d'empiler les chroniques...  J'en ai eu l'opportunité. Une opportunité que j'ai su saisir. Début 2019, une de mes amies avait réalisé un bouquin sur la vie et l’œuvre d’Isao Takahata, le réalisateur du Tombeaudes Lucioles (entre autres). Lors de la soirée de lancement dans une librairie parisienne, j’ai pu discuter avec le directeur de la collection dans laquelle s’inscrivait le bouquin, l’idée de base de ladite collection, « Hommage », permettait de faire découvrir l’univers d’un créateur de la pop culture au grand public. Prenant mon courage à deux mains, je lui ai proposé l’idée de faire un bouquin sur Tolkien, et de l’écrire moi-même. Sous réserve de lui présenter un sommaire efficient et cohérent, il a validé l’idée. Quelques semaines plus tard, je recevais et signais mon premier contrat en tant qu’auteur chez Ynnis Editions. Depuis le mois de juin ma troisième journée est donc devenue celle de l’écriture. Mon éditeur m’a laissé une grande liberté dans le contenu du bouquin, il ne s’est immiscé dans celle-ci que pour quelques remarques d’ordre éthique qui n’ont pas impacté le propos du livre. Quasiment à aucun moment je n’ai perçu ce processus comme une contrainte, une gêne. Une belle expérience, qui touche à sa fin puisque le livre doit sortir le 11 mars prochain.

Cet ouvrage se décline très simplement selon le schéma suivant : la vie de l’auteur, son œuvre, son héritage, chaque partie étant de longueur inégale, mais écrite de ma main, enrichie d’interviews exclusives de spécialistes de Tolkien francophones et anglophones. 160 pages richement illustrées, avec entre autres des photos de pièces de ma collection privée. Dans le jargon de l'édition d'aujourd'hui, c'est ce qu'on appelle un "mook" (mélange entre magazine et book).

Illustration : Bouss

Je suis fier. Fier de m'être pris par la main, d'avoir "osé", sentant qu'une belle opportunité se présentait pour réaliser l'un de mes rêves. Car oui, écrire est un passe-temps que je pratique depuis 30 ans au moins, et je n'ai jamais réellement publié. Alors certes, si mon mode d'expression est plutôt la fiction, je n'ai pas nourri cette passion depuis longtemps, et du fait de mes activités je me suis plutôt orienté vers les chroniques, les avis. Ici il s'agit d'un ouvrage grand public, s'attachant à tracer de grandes lignes dans les trois axes précédemment cités. L'occasion de tordre le cou à certains clichés concernant Tolkien, de livrer quelques informations parfois inédites et d'avoir la satisfaction d'avoir écrit quelque chose de légitime, de cohérent (autant que faire se peut, j'aurai bien évidemment des tolkienophiles acharnés sur le dos), et, en espérant ne pas avoir écrit trop de bêtises, d'à peu près à jour concernant la recherche sur le poète et philologue britannique.



Ce livre ne s'est pas fait tout seul, même si certaines des textes qui le composent sont inspirés de billets du présent blog ou de contributions réalisées pour le site tolkiendil.com, par exemple. Il a nécessité des centaines d'heures de recherches, de lectures, parfois chez moi, parfois dans des bibliothèques (comme cette magnifique abbaye près de Caen, dans laquelle j'ai pu compulser les archives des premiers éditeurs de Tolkien en France). Il doit énormément à la gentillesse et la compréhension des personnes interviewées, à la bienveillance des tolkienistes que je fréquente, et au soutien de membres de ma famille et de quelques amis, dont certains m'ont fait l'honneur de relire et corriger ma prose parfois hésitante. Les remerciements font une page complète dans l'ouvrage, mais je tenais à saluer et remercier ici Guillaume Narguet pour sa relecture et son oeil "neuf", Stéphanie pour tout, Olivier pour son soutien et Miss K. pour son regard précieux de dernière minute.

Maintenant, si vous voulez en savoir plus sur le Professeur et son oeuvre, je vous incite à acheter cet ouvrage, et à me faire part de votre avis. J'y ai mis tout mon coeur, et une partie de mes tripes.

 

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

 

L’Unité Alphabet est le service psychiatrique d’un hôpital militaire où, pendant la Seconde Guerre mondiale, les médecins allemands infligeaient d’atroces traitements à leurs cobayes, pour la plupart des officiers SS blessés sur le front de l’Est. Bryan, pilote de la RAF, y a survécu sous une identité allemande en simulant la folie. Trente ans ont passé mais, chaque jour, il revit ce cauchemar et repense à James, son ami et copilote, qu’il a abandonné à l’Unité Alphabet et qu’il n’a jamais retrouvé. En 1972, à l’occasion des jeux Olympiques de Munich, Bryan décide de repartir sur ses traces. Sans imaginer que sa quête va réveiller les démons d’un passé plus présent que jamais.

 

Alors que le 8ème volet des aventures du Département V se faisait attendre, les Editions Albin Michel ont tenté de combler l'attente des fans de Jussi Adler Olsen en leur proposant ce premier roman, qui date de 2007. D'une belle taille (630 pages dans cette édition grand format), ce premier roman ne laisse pas vraiment présager de ce que fera Adler Olsen par la suite. L'auteur s'est cependant visiblement beaucoup rencardé sur les unités "médicales" du IIIème Reich, et semble être tombé amoureux de la région de Fribourg, proche des frontières françaises et suisses.

 

Un premier roman, donc, qui souffre de plusieurs défauts. Un problème de rythme, tout d'abord. Toute la première moitié du roman est tenue par le séjour de Bryan et James dans l'hôpital, tentant de déjouer la surveillance des infirmières et des soldats, mais aussi de survivre aux brimades des autres résidents, avec un passif très lourd, visiblement. Ce séjour dure des mois. Il nous est décrit presque au jour près, sans doute pour qu'on s'imprègne de la lente descente vers la folie des deux hommes. Mais du coup on se retrouve avec beaucoup de longueurs. A tel point qu'on se dit qu'on ne finira jamais cette lecture. Et puis à un moment ça bouge, Bryan décide de partir, après avoir entrevu une belle opportunité. Et près de 30 ans plus tard, alors qu'on nous dit qu'il a tout essayé sauf enquêté sur place, il revient à Fribourg. Et là on y croit moyennement. Car Bryan semble ne pas être si affecté que ça par la disparition (au sens propre) de son ami d'enfance. Mais son regain d'intérêt et de remords entraîne avec lui son épouse, et l'on se retrouve alors dans un jeu de chat et de la souris dans le Bade-Wurtemberg. Un jeu qui confine un peu au burlesque par moments.

 

Au final j'ai eu l'impression de lire deux romans un peu différents ; une première partie indolente, presque lénifiante, puis une deuxième qu'on pourrait qualifier de course-poursuite un brin complexe entre 5 hommes et 2 femmes. Pas inintéressant ni désagréable dans le fond, mais un roman à réserver aux complétistes d'Adler Olsen ou des ambiances IIIème Reich. Et, alors que le titre promettait une intrigue peut-être plus axée sur les rouages de l'époque nazie, il n'en est rien. Au final, on ne sait même pas pourquoi cette "unité" s'appelait ainsi...

 

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

Que voilà une bonne idée !

 

Une bonne idée de proposer à la jeunesse de découvrir, dans un livre illustré, la genèse de ce qui est par la suite devenu l'un des mythes majeurs de la littérature. Voici donc l'histoire de Mary Wollstonecraft, une jeune femme rêveuse, qui décide un jour de partir -très jeune- avec un poète plus âgé, nommé Percy Bysshe Shelley. Les deux amants voyagent, notamment en Suisse, en 1815. C'est là qu'ils font la connaissance d'un autre poète, Lord Byron. Au cours d'un week-end dans sa villa au bord du lac Léman, appelée Villa Diodati, ce cercle de penseurs se lance mutuellement un défi, celui d'écrire chacun une histoire de fantômes. Le reste appartient à l'Histoire de la littérature, puisque deux récits majeurs sont issus de ce moment-clé : le Vampyre, écrit par John William Polidori, le médecin de Byron, mais aussi et surtout Frankenstein ou le Prométhée moderne, par Mary, qui pour l'occasion prend le nom de son fiancé.

 

Cette histoire est contée de façon très accessible, dynamique, on ne peut s'empêcher de tourner les pages pour en savoir plus sur cette jeune femme au destin hors du commun. Une postface permet à l'auteure de donner un récit plus distancié, plus mature de son histoire.

 

Auteure primée, Linda Bailey a écrit plus de 30 livres pour enfants. Parmi ses nombreux prix figurent le Blue Spruce Award, la California Young Reader Medal et le Georgia Storybook Award. Comme Mary, elle construit « des châteaux dans le ciel » depuis toujours. Elle vit à Vancouver, en Colombie-Britannique.

Artiste, Júlia Sardà a illustré plusieurs livres pour enfants, dont Les Liszt de Kyo Maclear, ainsi que de grands classiques tels qu’Alice au pays des merveilles, Le Magicien d’Oz et Charlie et la chocolaterie. Son travail est paru en plusieurs langues partout dans le monde. Elle vit à Barcelone, en Espagne.

 

Si le texte est prenant, je suis plus réservé sur le graphisme. Je le trouve un peu anguleux, et la colorisation un peu sombre. Si le personnage de la créature de Frankenstein n'inspire pas forcément la joie de vivre, Mary, elle, est fraîche, pleine de vie et d'inventivité. J'aurais peut-être plus apprécié s'il y avait eu deux ambiances distinctes, entre la vie de Mary et son oeuvre... Je recommande cependant la lecture.

 

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

Certains m'avaient vendu l'oeuvre de Justine Niogret comme étant un bel héritage de Tolkien. Il faut croire que ces mêmes personnes n'ont pas forcément compris Tolkien. Ou Niogret...

 

Ainsi ce roman, qui fut son premier, nous plonge dans les bas-fonds du Moyen-Âge, dans les pas d'une mercenaire, Chien du heaume donc, essaie de survivre dans une époque obscure. Mais surtout, elle essaie de retrouver son vrai nom, elle qui a vécu dans l'ombre de son père pendant ses premières années avant de faire des armes son métier. Sa quête la mènera dans un château dirigé par un de ses congénères, surnommé le Sanglier, qui s'est entouré d'un groupe singulier : Regehir, forgeron à la gueule cassée, Iynge l'apprenti tueur et une jeune épousée d'à peine dix ans... Une micro-société à l'image de celle qui l'entoure, et qui va faire vivre à Chien du Heaume une forme de descente aux enfers...

 

Le point commun avec Tolkien ? Je ne l'ai jamais trouvé. Mais j'ai trouvé autre chose ; une autrice avec une voix pleine de rage, qui s'exprime au travers de combats dans la boue, de personnages en quête de rédemption, dans un récit plein de bruit et de fureur. Je vais me pencher sur le reste de sa production...

 

Spooky.

 

EDIT : Pour les curieux, j'ai interviewé l'autrice il y a peu.

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Personnalités, #Livres

Bonjour Justine, comment avez-vous découvert l’œuvre de Tolkien ?

J'étais adolescente, et un ami d'un de mes parents m'a prêté le Seigneur des Anneaux, une vieille édition qui, dans mon souvenir, est rose fuchsia. Je n'en jurerais pas, toutefois. Je l'ai lu, j'ai trouvé ça très chiant mais d'une beauté sans commune mesure. Je suis donc tombée amoureuse immédiatement.

 

Cela vous a donné envie d’écrire, vous aussi, de la fantasy ?

Absolument pas. J'estime n'avoir jamais écrit de fantasy, d'ailleurs, à part le roman sur lequel je travaille depuis à peu près quarante-sept ans, Rouge-Sel, dont je parle à chaque entretien histoire de tenter d'entretenir mon fan-club (mon cousin et son rottweiler, Panpan). Je ne sais pas si Tolkien m'a donné envie d'écrire, puisque j'écrivais déjà. Étant donné ma force d'évocation pour les univers complexes (je bluffe, je n'écris jamais que les états d'âme de deux persos vivant dans la boue), j'aurais été figée par la honte si j'avais voulu écrire « comme l'autre, là-bas, l'anglais avec la pipe ».

Votre premier roman, Chien du Heaume, est souvent présenté comme inspiré par Tolkien. Pas en termes de création d’un monde complet, mais plutôt en termes de personnages, de valeurs… Qu’en pensez-vous ?

Je pense que c'est carrément n'importe quoi. J'ai autant de Tolkien dans mes écrits qu'il y en a dans les trois films du Hobbit. C'est dire. Par contre je ne mets personne avec du guano sur le visage et je n'aurais pas choisi un Beorn en forme de balai à chiottes, peut-être que c'est une tare.

 

Quels sont, pour vous, les auteurs très influencés par le Professeur ? Pensez-vous que cette influence va finir par s’éteindre ?

Jamais. Tolkien est immortel. Enfin, son héritage. Bref. Non. On raconte des histoires depuis la nuit des temps et il y a tissé de si beaux fils que les trames s'en souviennent, comme on l'entend dans j'ai encore rêvé d'elle.

 

Justine, merci.

Je ne sais pas s'il y a de quoi.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog