Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique. Chroniques sur le cinéma, la littérature, les jeux, séries TV, bandes dessinées.

films

Publié le par Spooky
Publié dans : #Films

 

L'adaptation en film d'une œuvre de Stephen King est toujours scrutée avec anxiété par votre serviteur. Le résultat est très diversifié. On a du bon, voire du très bon, avec Christine, Les Evadés, Misery ou le récent Ça. Parfois on a le pas bon, voire le pitoyable, et je ne vous ferai pas l'insulte de citer des daubes absolues.

 

Jake Chambers, 12 ans, fait de drôles de rêves, dans lesquels un homme armé de deux pistolets pourchasse un homme en noir doté de grands pouvoirs. Mais le jour où deux personnes viennent le chercher pour l'emmener dans une clinique psychiatrique, Jake, pressentant qu'ils ne sont pas humains, s'échappe et arrive dans une maison abandonnée, dans laquelle s'ouvre un portail dimensionnel. Jake saute le pas, et se retrouve dans l'Entre-Mondes, où il rencontre les personnages de ses rêves...

 

 

La mise en chantier d'une version grand écran de la Tour Sombre, la série qui constitue le point nodal de l'œuvre kingienne, était donc particulièrement attendue... et crainte, d'autant plus qu'à part Ron Howard en producteur et Akiva Goldsman en tant que scénariste, peu de grands noms étaient attachés au projet. Et puis sont arrivés Idris Elba pour incarner Roland de Gilead et Matthew Mc Conaughey pour l'Homme en Noir. Sans doute alléchés par le titre. Le projet ne date cependant pas d'hier, puisque King a vendu les droits de sa série à JJ Abrams et Damon Lindelof, les créateurs de Lost. Plusieurs producteurs et réalisateurs ont été approchés, mais ont abandonné suite à l'ampleur du projet. En effet la saga majeure de King s'étend sur 8 romans, et prend pied sur au moins deux mondes, dont celui de Roland, très diversifié, et que l'on pourrait placer dans le genre de la fantasy.

 

Le film de Nikolaj Arcel, réalisateur danois de films confidentiels, dure au final 1h35. Autant dire que l'inventivité et l'ampleur du monde de King ont été réduites comme une peau de chagrin. Et autant le préciser : C'EST UN PUTAIN DE RATAGE A PEU PRES A TOUS LES NIVEAUX. La réalisation est molle, Arcel a été suppléé dans la gestion des scènes d'action par son responsable des cascades, et les effets spéciaux sont assez moyens. Ils sont d'ailleurs, en moitié, réalisés dans des scènes nocturnes, pour cacher leur pauvreté... Les décors naturels, trouvés en Afrique du Sud, sont très beaux, mais les designs sont trop modernes, trop éloignés de l'ambiance médiévalo-westernienne des romans de King. Et les personnages.... Matthew Mc Conaughey semble s'amuser -un peu- dans le rôle de Walter, l'Homme en Noir qui a pour but de détruire la Tour Sombre, pivot défensif de tous les mondes, afin de faire entrer le Chaos au sein de ceux-ci... Elba, quant à lui, est réduit à une sorte de Jack Bauer qui abat tous les méchants, parce que leur chef a tué son papa. Exit ses états d'âme très complexes. Les évènements du film se déroulent en quelques jours, alors que l'intrigue de la série de romans dure plusieurs années... Le personnage de Jake est peut-être, après celui de Roland le plus gâché dans l'histoire.

 

 

La Tour Sombre est donc réduit à trois scènes d'action, avec cinq personnages parlants et des effets spéciaux pitoyables par moments. C'est bien simple, on se croirait dans une évolution du Labyrinthe (en moins inventif) avec des morceaux de Heat dedans. Un gros, gros gâchis. A la limite, le plus intéressant se trouve dans les bonus du Blu-ray : King y livre quelques anecdotes sur la création de la Tour Sombre. On y a droit également à des featurettes de l'équipe technique, mais à part dire qu'ils travaillent en équipe, ils ne savent pas dire grand-chose de significatif. A noter tout de même la musique de Tom Holkenborg (Mad Max Fury Road), envoûtante, surtout le dernier morceau. C'est peut-être dû au fait qu'on en a enfin fini avec cette daube... La seule bonne nouvelle, c'est qu'il n'y aura -en principe- pas de suite. Bon ben je vais me regarder Ça à nouveau...

 

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Films

 

Black Panther est le 18ème long métrage de l'écurie Marvel, et s'il n'est pas le plus attendu, il est loin d'être le plus inintéressant.

 

Il est le premier à proposer comme personnage principal un héros de couleur. Il montre des femmes fortes. Il se déroule dans un pays où l'on pourrait avoir envie de vivre. Il pose, en creux, beaucoup de questions sur le patriotisme, l'accueil des réfugiés et l'ingérence. Il parle de communautarisme sans en faire. C'est un film avec comme (super-)héros un adulte, le premier depuis Ant-Man. Il est bien joué et pas trop mal réalisé. Voilà, pêle-mêle, certains de ses atouts. Je vous ai donné envie d'en savoir plus ? Alors allons-y pour les développements.

L'intrigue principale commence peu de temps après celle de Captain America: Civil War. T'challa, prince du Wakanda, rentre au pays après la mort de son père au cours d'un attentat à Vienne. Il doit devenir roi de son pays, mais auparavant affronter au cours d'une cérémonie rituelle, celles et ceux que les différentes tribus composant son pays ont décidé de présenter contre lui. Un seul se présente, et T'challa, momentanément privé de ses pouvoirs, sort vainqueur. Mais bientôt un nouveau gros problème se pose face à lui : un criminel, Ulysses Klaue, réussit à dérober un artefact wakandien dans un musée et s'apprête à le vendre au plus offrant, dans un casino en Corée du Sud. T'Challa, qui possède de super-pouvoirs grâce notamment à une combinaison qui le change en Panthère noire, décide d'aller sur place, accompagné de sa générale Okoye et de son ex-petite amie Nakia, sous la supervision de sa petite sœur Shuri, scientifique qui travaille sans cesse à l'amélioration de sa combinaison. Ouais, trois nanas. La garde rapprochée du roi du Wakanda est exclusivement féminine, et il fait donc appel aux ressources intellectuelles de son pays. Première fois que les personnages féminins sont autant représentées (oui, je décide qu'en l'occurrence, le pluriel est féminin) dans un Marvel, si l'on exclut Captain America: Civil War, qui se résumait tout de même à un concours de zizis. Et ne me sortez pas Wonder Woman, je vous rappelle que c'est une héroïne du rival historique, DC.



T'challa est donc un roi, qui doit gérer un pays resté invisible aux yeux du monde pendant des millénaires, grâce à l'exploitation du vibranium, un matériau qu'une comète est venue déposer au cœur du pays aux premiers âges de l'Homme. Le Wakanda a ainsi échappé au colonialisme britannique (qui, je vous le rappelle, a envahi la totalité des pays actuels du globe, à l'exception de trois ou quatre), aux guerres qui ont ensanglanté le continent africain (même si l'une des tribus constituant le pays se la joue un peu rebelle). Il a d'énormes responsabilités, dont l'une est de préserver son pays de toutes attaques extérieures. C'est aussi un jeune homme, qui ne rechigne pas à échanger quelques vannes avec sa petite sœur, tout en respectant le chagrin de sa mère, devenue veuve récemment. A ce tableau nous pouvons ajouter Zuri, conseiller du roi défunt et du nouveau souverain, qui connaît tous les rouages du pouvoir, mais aussi ses recoins sombres, et Erik Killmonger, ancien Navy Seal, qui semble avoir un intérêt tout particulier pour le trône du Wakanda. Des personnages très divers, qui ont des avis très tranchés -et parfois antagonistes- sur le positionnement de leur pays. Au détour d'une conversation se pose d'ailleurs la question de l'accueil des réfugiés, ainsi que l'intervention dans les conflits qui meurtrissent de nombreux pays. Sans forcément trancher, même si la fin du film marque un changement de paradigme majeur pour le Wakanda. Une fin un peu décevante, tout de même. Le conflit entre T'challa et Killmonger est transparent : c'est celui qui opposa dans les années 1960 Malcolm X à Martin Luther King.

Le film ne comporte que deux rôles aux acteurs "non-colorés", pour reprendre une expression des suprémacistes blancs américains. L'un est un gros méchant qui a comme seule motivation l'argent et une dent particulière contre le Wakanda, incarné par Andy Serkis, surtout connu pour ses interprétations "invisibles" du gollum du Seigneur des Anneaux et du rôle-titre de King Kong. Ici il montre une véritable épaisseur, malgré une durée de vie à l'écran un peu réduite. L'autre est un agent de la CIA, Everett Ross, incarné avec brio et un brin d'humour par Martin Freeman, ci-devant Bilbo Baggins et actuel Dr Watson de la série Sherlock. Ce qui permet d'apprécier les performances du casting black, parmi lesquels émergent Chadwick Boseman, sobre et absolument parfait en T'challa, Lupita Nyong'o radieuse en espionne pour laquelle le souverain a des tendres sentiments, ou encore Forest Whitaker, qui se la joue également assez sobre en Zuri. Mention spéciale à Letitia Wight, pour sa fraîcheur dans le rôle de la petite sœur Shuri experte en nouvelles technologies. Un personnage qui permet d'ailleurs de rapprocher une partie du decorum de ce film de celle d'un James Bond. Petite déception, en revanche, pour Michael B. Jordan, que j'ai trouvé physiquement convaincant mais insuffisant dans le jeu en tant que Killmonger.

 

Artistiquement, c'est du beau boulot : les décors, les paysages et les costumes sont magnifiques. On en prend plein les yeux, mais on n'a pas forcément mal auxdits yeux. Il faut d'ailleurs voir cette magnificence comme un hommage à la richesse culturelle de plusieurs pays d'Afrique centrale et australe, très loin des canons hollywoodiens qui ont tendance à considérer le continent comme un seul pays, uniforme. A la réalisation se trouve Ryan Coogler, également crédité en tant que coscanériste, dont la noirceur de peau est l'un des arguments marketing du film. Il tourne sans esbroufe, même si l'on sent que les combats ne sont pas vraiment sa tasse de thé. Certaines séquences faisant appel aux effets spéciaux ne sont pas non plus optimisées, mais l'essentiel du film est plutôt dans ses personnages, plutôt réussis. Et n'oublions pas le cameo de Stan Lee, en joueur de roulette cupide.

L'humour est présent, un humour un peu plus fin que les blagues de collégiens des films Marvel précédents, et ça fait du bien. Il y a des incohérences dans ce Black Panther, et on les décèle sans doute plus facilement au second visionnage. On ne sait pas, par exemple, comment les Wakandiens ont fait pour savoir que la transaction concernant leur artefact aurait lieu en Corée. Par ailleurs, la façon dont Klaue s'échappe est assez ridicule. Toute la séquence concernant certains animaux sauvages transformés en montures de combat est pitoyable, mais heureusement plutôt réduite.

 

Bref, ce Black Panther n'est pas parfait, mais c'est peut-être le Marvel le plus intéressant jusqu'ici. Et rien que pour ça, il vaut le détour.

 

Spooky

 

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Films

 

Japon, été 1945. Après le bombardement de Kobé, Seita, 14 ans, et sa petite sœur Setsuko, 4 ans, sont orphelins. Ils vont s'installer chez leur tante, à quelques dizaines de kilomètres de chez eux. Celle-ci leur fait bientôt comprendre qu'ils sont un fardeau. Seita décide de partir avec sa petite sœur vivre dans un bunker en pleine campagne. Les deux enfants se sentent heureux, entourés par la nature, mais au bout de quelques temps la nourriture vient à manquer cruellement...

 

Voici l'un des films les plus tristes que j'aie jamais vus. Et l'un des plus beaux en même temps, avec cette histoire de deux enfants pris dans la tourmente de la guerre, et qui sombrent dans la misère la plus noire. A cause de la guerre, la pire invention de l'homme. C'est dramatique, profondément dramatique. Et on n'est pas dans un Disney, pas de deus ex machina ; la fin est inéluctable. L'impuissance que l'on ressent face à ce destin dramatique n'empêche pas les larmes de poindre aux yeux. Le film est sorti en 1996, mais reste terriblement efficace en ces temps troublés.

 

L'éditeur Kazé lui redonne un nouvel écrin avec un Blu-ray doté de quelques bonus intéressants, notamment les interviews du réalisateur, Isao Takahata, co-fondateur du Studio Ghibli, dont les films ont une tonalité en général plus légère que ceux de son compère Hayao Miyazaki (je vous recommande Horus, Prince du soleil, Pompoko, Le Conte de la princesse Kaguya ou encore Mes Voisins les Yamada).

 

 

A voir absolument.

 

Spooky

 

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Films

 

J'ai réussi à voir ce Star Wars la même année que sa sortie, ce qui ne fut pas le cas pour Rogue One.

 

Cet Episode VIII reprend quasiment à la seconde où le VII (article sans spoilers) s'était arrêté. Le Premier Ordre a perdu une bataille, mais pas la guerre. Très vite remis de la destruction de la station Starkiller, l’armée despotique du Suprême Leader Snoke poursuit inlassablement les poches de résistance de la République, commandée par la Générale Leia Organa. Pendant que cette dernière tente de repousser les assauts de leurs destroyers avec l’aide du Capitaine Poe Dameron, Finn, ex-Stormtrooper déserteur, part dans une périlleuse mission alors que son amie Rey tente envers et contre tout de convaincre un Luke Skywalker vieilli et rongé par la culpabilité de venir leur prêter main forte. Mais ce dernier vit en ermite à l’autre bout de la galaxie et ne semble guère plus intéressé par les conflits du monde extérieur.

 

Après donc cet Episode VII controversé (là j'en dis plus) et un spin-off plutôt réussi, le réalisateur Rian Johnson (Looper) était attendu au tournant de la galaxie. JJ Abrams n'est plus à la réalisation mais reste producteur, avant de prendre les rênes du prochain segment. Johnson, lui, nous livre un épisode riche, complexe et entièrement de son fait, en termes de scénario. 2h30 pour un film unique, qui se déroule sur deux plans émotionnels très différents, entre une poursuite au milieu des étoiles et des conversations privées sur une île paumée à la surface de la planète la plus reculée. Un film au cours duquel Johnson fait voler en éclats ou remet en question les enjeux et positionnements posés par l'Episode VII. Plusieurs personnages-clé semblent ne pas intéresser le scénariste-réalisateur, qui les fait disparaître ou carrément faire du surplace dans leur évolution psychologique. Le trio Rey-Finn-Poe Dameron, révélé par l'épisode précédent, est clairement mis au second plan, du moins pour les deux portions masculines.

 

L'un des gros soucis avec la saga Star Wars, c'est qu'elle a acquis depuis longtemps ses galons de série culte au cinéma. Ses fans, qui peuvent confiner à l'extrémisme religieux, ont créé une frange d'érudits qui étudient tout, de A à Z, et de tout analyser. J'ai par exemple lu un avis disant que Luke tenait son sabre laser comme un gaucher, alors qu'auparavant il le faisait comme un droitier (ou inversement : personnellement ça me dépasse). Certains ont aussi un positionnement différent, et sont simplement heureux de voir un nouveau chapitre de leur univers préféré. Parfois ceux qui se plaignent que cet Episode VIII est différent des autres segments sont ceux qui râlaient parce que le VII ressemblait trop au IV... Tous sont respectables, et je ne saurais dire dans quelle faction je me positionne. Mais je ne peux m'empêcher de me sentir à cheval, le cul entre deux chaises, d'apprécier le spectacle produit, mais de me poser des questions sur l'orientation générale de la franchise.
 

[ATTENTION : SPOILERS]

Les Skywalker sont, depuis le début de la saga, en quelque sorte l'incarnation des Jedi. Ce sont eux qui reviennent ou restent en haut de l'affiche. Les trois survivants de cette famille, à savoir Luke, Leia et Ben (alias Kylo Ren), portent clairement cet opus sur leurs épaules, car détenteurs des solutions pour l'issue de la guerre en cours. Leurs statures canoniques sont clairement remises en question, pour ne pas dire déboulonnées. Et le film s'appelle Les Derniers Jedi. Clairement la volonté des créateurs de celui-ci est d'en finir avec l'ancien monde, qui a foutu le bordel, créé des clans, n'a pas forcément su évoluer sur ses acquis, gravés dans le marbre et dans l'esprit de nombreux fans. Oui, vous l'avez compris, on est sur le plan de l'univers fictionnel, mais aussi sur celui du marché des spectateurs. Cette position est incarnée par Luke, qui en a plein le cul, s'est rendu compte que sa famille est à l'origine -ou a fortement contribué- à ce bordel. Lui-même n'est pas exempt de tout reproche au sujet de l'histoire de son neveu... Il veut mettre au feu l'ancienne religion jedi (au propre comme au figuré), mais ne pas partir sans avoir lutté, quitte à faire illusion. Parce que malgré tout, il reste un homme, avec ses doutes.

 

Leia est toujours cette commandante fière de l'Alliance rebelle, sur le point de disparaître suite aux assauts répétés du Premier Ordre. Elle se met subitement à maîtriser la Force, alors que mis à part une phrase allusive et des séquences de télépathie, on ne pouvait soupçonner l'ampleur de ses pouvoirs. Son destin est inéluctable, même si rien n'est terminé à l'issue de cet Episode VIII. La mort tragique de Carrie Fisher, son interprète, peu après la fin du tournage, et la volonté des exécutifs de ne pas la remplacer va obliger les scénaristes à utiliser une pirouette narrative pour l'Episode IX. Un petit caillou dans la chaussure de Lucasfilm et Disney.

Ben, qui se fait appeler Kylo Ren, devient enfin adulte dans cet opus et tombe le masque pour prendre ses responsabilités au sein du Premier Ordre, ajoutant de nouvelles interrogations sur ses motivations profondes, d'autant plus que l'on nous révèle les origines de son revirement  en termes d'obédience, et que sa relation avec Rey est très complexe.

 

D'autres personnages, hors la famille Skywalker, disparaissent aussi. Des personnages emblématiques de la série, montrés sous forme de clins d'œil, ou d'autres, appelés à jouer n rôle actif, dont la disparition est expédiée sans ménagement. Ce qui en dit long sur l'Episode VII, qui n'était essentiellement là que pour faire une sorte de transition et du remplissage, finalement... Johnson casse par ailleurs l'aspect cyclique qu'Abrams semblait avoir réinstauré avec l'Episode précédent, aucun personnage "bon" ne basculant du côté obscur de la Force.

 

Il est temps pour Star Wars et ses héros d'entamer un nouveau cycle, ou plutôt... une révolution. Exit les Skywalker, bonjour à... eh bien on ne sait pas trop qui. Rey ? Qui devient de fait la véritable héroïne de la trilogie, avec sa relation toute particulière avec Kylo Ren, faite d'attirance et de répulsion, même si la vérité -si toutefois elle se vérifie- sur ses origines démythifie le personnage. Finn ? Il a perdu tout intérêt ou presque, même si Rose semble continuer à l'apprécier, alors que l'Eveil de la Force laissait présager un personnage concerné par cette Force... Poe Dameron ? Le pilote qui roule des mécaniques s'est bien fait doucher par ses autorités de tutelle successives. Il reste Kylo Ren, mais je ne suis pas sûr qu'il survive à l'Episode IX, vue la propension des Skywalker à disparaître... L'arrivée du personnage de Rose (incarné par Kelly Marie Tran), apporte un nouveau niveau de lecture, même si j'aurais aimé en savoir plus sur elle, que son rôle soit un peu plus étoffé. Peut-être pour l'Episode IX ?

 

[FIN SPOILERS]

 

La mue, au sens génétique du terme, de la saga est en cours, puisqu'on nous parle clairement de l'industrie de l'armement, laquelle fait étrangement écho à notre époque. Un ton résolument adulte.

Deux moments m'ont fait partiellement sortir du film : celui où Leia utilise la Force à un niveau que je qualifierais de "cosmique", ainsi que la scène de la planète-casino, totalement ratée en termes de décors et de costumes. C'est bien simple, dès la première minute de la séquence on attend le moment où Finn et Rose vont s'en échapper...

 

Il y a de l'humour dans cet Episode VIII, mais je le trouve assez bien dosé pour ne pas faire sortir du film (ouf). L'ajout d'un nouveau personnages d'animal "trop-mignon", les porgs, n'apporte strictement rien, encore un effet de l'entrisme du merchandising dans la création, sauf si l'on considère qu'ils peuvent servir de porte d'entrée à des considérations écologiques... Mais George Lucas a lui-même en quelque sorte inventé le merchandising autour de cette franchise, Disney ne fait qu'entretenir la tradition, ceci dit.

 

Les Derniers Jedi, comme le développe assez brièvement Jacob Hall (attention, il y a encore plus de spoilers dans cet article en anglais) est un film sur la déception. Les gens extraordinaires ont fait des choses horribles. Ceux qu'on croyait être des héros deviennent pitoyables ou ont des origines modestes, voire presque honteuses.

 

A côté de tout ça, cet Episode VIII comporte son lot de passages obligés, au niveau visuel : batailles de X-Wings contre destroyers du premier Ordre, super-canons, vol acrobatique du Faucon Millénaire, combats au sabre-laser. Les décors, dont certains naturels, sont magnifiques également. John Williams revient pour faire la musique, répétant ses scores précédents sans rien ajouter. Tout cela est assez réussi, mais vous l'aurez compris, l'enjeu n'était pas forcément là... Pour moi la stratégie de Lucasfilm/Disney est claire : la série principale va changer, faire évoluer ses codes, essayer de conquérir de nouveaux publics, en espérant que ceux-ci ne seront pas pris pour des gamins à qui on mâche tout le boulot de réflexion, tandis que les spin-off (comme le récent Rogue One et le futur Han Solo) seront là pour entretenir la flamme de l'ancien temps, et de ne pas perdre les fans hardcore...

 

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Films

 

Un an. J'ai mis un an à voir ce spin-off de la célèbre saga intergalactique. Ne nous attachons pas aux raisons de ce retard, mais aux implications. Lorsqu'il est sorti, les avis sur les réseaux sociaux (je ne me fie plus trop aux critiques professionnelles, même dans des media spécialisés) étaient, comme TOUJOURS avec à peu près n'importe quel film susceptible d'attirer un tant soit peu de monde. Les gens n'ont pas aimé ceci, d'autres ont aimé exactement les mêmes choses. Certains n'aiment pas la tête de tel acteur parce qu'il a vieilli (là, franchement, ça me gonfle), et le rapport à la musique, quand il y en a, est très diversifié. Les VRAIS fans (ce qui est de toute façon une appropriation totalement subjective) ont adoré, mais d'autres VRAIS fans sont prêts à mettre sur le bûcher tel scénariste, producteur ou réalisateur qui a osé toucher à une oeuvre canonique... Bref, ce genre de cirque me collant un ulcère assez vite, je me contente de lire les avis de quelques personnes que je trouve intéressantes et posées, en évitant les plus gros spoilers. De toute façon, si je vois le film au bout d'un an, vu que j'ai une mémoire de poisson rouge (ou juste parce que j'ai autre chose à penser), j'en aurai oublié les trois quarts. Si certain(e)s d'entre vous se reconnaissent là-dedans et sont un poil pas contents, eh bien sachez que je m'en fous.

 

Cet épisode, que l'on pourrait numéroter III,9 car il s'intercale entre le III (La Revanche des Sith) et le IV (rebaptisé plusiques années après sa sortie initiale en Un nouvel espoir) raconte donc, pour faire court, comment les plans de l'Etoile de la Mort ont été récupérés par l'Alliance rebelle. Mais rembobinons 15 ans auparavant. Galen Erso, ingénieur de premier plan, est enrôlé contre son gré par l'Empire pour réaliser une nouvelle arme absolue, capable de détruire des planètes entières. Sa fille Jyn, qui a pu échapper à l'enlèvement contrairement à sa mère (tuée lors de l'enlèvement de l'ingénieur), est récupérée par les rebelles afin de retrouver un proche de son père, qui pourrait savoir où celui-ci est retenu prisonnier. Ceci afin, en dernier lieu, de trouver le moyen de détruire cette arme absolue, une histoire qui sera contée plus tard. Voilà, c'est aussi simple que ça, enfin presque, parce que pour arriver à ce résultat, Jyn, aidée d'un tueur, d'un pilote, d'un droïde, d'une sorte de jedi et d'un flingueur, va devoir aller au coeur de l'Empire, et va risquer sa vie pour un simple renseignement...

 

 

Bon, si on regarde de plus près, il y a des incohérences dans le scénario, dans l'architecture des différents lieux qui se distinguent par des défauts de conception. Alors certes, dans des civilisations où les droîdes et robots son légion, cela peut faire sourire de devoir sortir un enregistrement de la taille d'une VHS d'une banque de données de façon manuelle. Mais on peut par exemple se dire que ces équipements ont été conçus par des ingénieurs prisonniers de l'Empire, qui ont essayé de faire chier leurs oppresseurs, avec leurs moyens. Ou ne pas se prendre la tête avec ce genre de choses, et se laisser embarquer.

 

Comme je l'ai fait. Suivre Felicity Jones, interprète de la Jyn Erso adulte, certes assez jolie, mais pas canon non plus, entourée de gens presque ordinaires, si l'on excepte un simili-Jedi aveugle et un androïde. On y croise aussi des ingénieurs qui résistent à leur manière, un chef de guerre dépressif (je vais y revenir), ou encore certains personnages iconiques de la série (je vais revenir dessus également). Je me suis laissé porter par le rythme, la bataille endiablée sur la planète Scarif, rythmée par la musique de Michael Giacchino (qui prend donc la relève de John Williams), tout sauf envahissante.

 

Sur le plan des personnages, il y a beaucoup à dire. Parlons des nouveaux venus dans l'univers Star Wars. Les personnages centraux n'ont aucun pouvoir particulier, ce ne sont ni des Jedis, ni des Siths, simplement des créatures aux convictions bien ancrées. J'ai eu de l'empathie pour ces personnages, pris dans des enjeux intergalactiques, et prêts à tout pour que leurs idéaux de liberté triomphent. Nous avons même, au milieu du film, une discussion fort intéressante entre Jyn et Cassio, son escorte, sur leurs motivations respectives. Ils ne sont pas outrés, ont des comportements normaux, du moins compréhensibles dans la situation qui est la leur, et leur destin n'est pas dicté par le gnangnan et la bienséance. A la fin du film, on se dit qu'on aimerait bien les revoir. Mais sans vouloir spoiler si toutefois vous ne l'avez pas encore vu, ce Rogue One est un one-shot, et nombre de personnages n'apparaîtront pas dans la suite. Les acteurs qui les incarnent sont convaincants, tous sauf un. Enfin disons que le traitement d'un personnage est... déconcertant. Jyn retrouve, après 5 ou 10 ans, le fameux Saw Gerrera, une sorte de rebelle non-aligné, dont on s'attend à ce qu'il se joigne à la quête de la jeune femme. Mais...

 

 

[SPOILERS]

Dès qu'il la voit, il se transforme en plat de nouilles. Il pleure, se lamente, alors que le courage de Jyn aurait dû, aurait pu le galvaniser, du moins le faire douter. Non, pas un instant il ne fait preuve de volonté, d'énergie, et finalement disparaît dans un énorme gâchis. Gâchis aussi pour l'acteur qui l'incarne, Forest Whitaker, acteur oscarisé pour le Dernier roi d'Ecosse, totalement sous-exploité ici... Cela m'a presque fait sortir du film, alors que je trouvais qu'il était plutôt bien porté par les acteurs jusque-là. A noter que ce personnage est un milier de la série animée Clone Wars.

Le film propose également de retrouver plusieurs personnages iconiques de la trilogie d'origine, tels que Darth Vader, pour une apparition presque anecdotique (avec l'acteur gallois Spencer Wilding sous la longue cape et James Earl Jones toujours au doublage voix), la princesse Leia Organa, pour faire le lien avec l'Episode IV, ou encore le Grand Moff Tarkin, alors que son interprète, Peter Cushing, est décédé depuis 1994. Les techniciens ont pour cela utilisé une doublure numérique, un acteur qui a joué les scènes, mais dont le visage (et la silhouette, probablement) ont été remplacés par ceux de Cushing. Le résultat est bluffant, et quelque peu perturbant. A l'avenir, qu'est-ce qui empêcherait de faire jouer n'importe quel acteur décédé dans n'importe quel film auquel il ne pourrait prendre part ? D'autres personnages secondaires sont également présents, plus pour le clin d'oeil que par réelle nécessité.

 

Le méchant du film, le responsable de la construction de l'Etoile de la Mort, est incarné par l'Australien Ben Mendelsohn, dont la ressemblance avec l'Harrison Ford de la trilogie originale m'a troublé...

[FIN SPOILERS]

 

Le choix de Gareth Edwards pour réaliser les trois films spin-off de la saga n'a pas soulevé que des cris de joie. Il faut dire que son Godzilla a été l'un des films les plus conspués de ces dernières années. Pourtant il se révèle à la hauteur de la tâche, avec une mise en scène plutôt sobre, des acteurs plutôt bien dirigés et un montage sans effets particuliers. Rogue One a été écrit par Tony Gilroy (saga Jason Bourne, ce qui est cohérent avec le côté espionnage/action du film) et... Chris Weitz, scénariste et cinéaste s'étant notamment illustré sur la saga American Pie ou La Famille Foldingue. Il a également réalisé Pour un garçon avec Hugh Grant, À la croisée des mondes: La boussole d'or et Twilight Chapitre 2 - Tentation. Et curieusement, le film est assez équilibré, réservant seulement quelques instants d'humour, en général distillé par le droïde K-2SO. Pas de magie, très peu de Force, on se rapproche du film de guerre à la Il faut sauver le soldat Ryan pour l'ambiance. Certains ont mêlme soulevé des similitudes avec l'excellente série télévisée l'Enfer du devoir, centrée sur la guerre du Vietnam.

 

Bref, vous l'aurez compris, j'ai passé un bon, un très bon moment. Certains observateurs, impressionnés par la réussite artistique du film, l'ont placé au pinacle de la série, avec l'Empire contre-attaque, l'Episode V, réalisé par Irvin Kershner en 1980...

 

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Films

 

J'ai beaucoup, beaucoup de retard dans mes visionnages de films de super-héros. Le hasard des tâches ménagères m'a amené à faire du repassage devant la diffusion télé du second film de Tim Story mettant en scène les 4 fantastiques. J'avais trouvé le premier tout juste passable, avec des acteurs relativement peu concernés et des effets spéciaux déjà datés.

 

Au début de ce second (et dernier, puisque la franchise a été stoppée pour reprendre à zéro ailleurs.), Susan Storm et Reed Richards s'apprêtent à se marier, sous les yeux de leurs proches et moins proches. Mais la cérémonie est interrompue par l'irruption d'un engin céleste qui semble semer la destruction sur son passage. Auparavant Richards avait été sollicité par l'armée pour trouver une explication, mais aussi éventuellement une parade, au sujet d'évènements célestes un peu partout sur le globe. Leur première tentative n'ayant pas été couronnée de succès, les Fantastiques se voient contraints d'accepter l'aide de Victor von Doom, lequel a pu nouer un contact tout relatif avec l'intrus céleste, qui s'avère être un humanoïde chevauchant un surf argenté doté de sa propre propulsion.

 

Ce deuxième opus est dans la continuation du premier, mais en pire ; les cinq acteurs principaux sont tout sauf concernés par leurs rôles, à l'exception, peut-être, de Michael Chiklis. Seul souci, il passe la moitié du temps sous la tonne de maquillage et de prothèses de la Chose, ce qui rend l'appréciation de son jeu assez difficile. Passons rapidement sur Jessica Alba, maquillée comme jamais (et qui réussit à faire concurrence à... dans Batman machin), et sur Julian Mac Mahon, qui incarne un von Doom/Fatalis totalement impavide. Les effets spéciaux sont souvent assez cheap, je retiendrai tout de même l'aspect tempête de Galactus s'approchant de la Terre. Sur le plan de l'histoire, les scénaristes semblent vouloir battre un record d'incohérences et de raccourcis. Comment, par exemple, expliquer que des militaires laissent quatre puissantsmutants notoires dans une même pièce, pas verrouillée, à quelques couloirs d'un être qu'ils ne souhaitent pas les voir approcher ? Comment font les personnages, lorsqu'ils voient un gros objet venir directement vers eux, pour ne pas bouger pendant PLUSIEURS secondes ?

 

Et puis visuellement et personnellement ce Surfer d'Argent est complètement raté, alors qu'il s'agissait là du véritable enjeu du film. On n'a presque plus rien de la dimension cosmique et tragique du personnage, et l'étrange créature vue à l'écran (en doublure non-lumière : Doug Jones) ne ressemble pas à grand-chose...

On finit par perdre le fil, et les enjeux sociologiques et déontologiques de l'histoire (la volonté de Susan Storm à fonder une famille, les raisons profondes de l'action du Surfer d'Argent...) sont balayés d'un revers de manche, voire noyés dans un déluge d'action presque non-stop. Sans parler du fait que dans le comic, c'est Alicia Masters, la compagne de Ben Grimm, qui aide le Surfer d'Argent, et non Jane Storm. Mias on a là encore droit à un changement scénaristique pour cause de bankabilité de l'interprète féminine, Kerry Washington voyant son rôle se réduire à trois répliques et un sourire... On a le sentiment qu'il manque un bon quart d'heure à la fin du visionnage, et la scène post-générique est frustrante. Somme toute la scène la plus sympa est celle où apparaît Stan Lee, dans son propre rôle...

 

Bref, du gâchis.

 

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Films

 

Vous le savez, je suis un grand fan de l'œuvre de Stephen King. Certains de ses bouquins les plus récents m'ont absorbé au point de me faire rater ma station de métro. C'est un auteur que j'ai découvert à l'âge parfait, c'est à dire à l'adolescence. Et parmi ses romans, Ça est de ceux qui m'ont laissé une des impressions les plus fortes. Parce qu'il est long, très long, mais aussi et surtout parce qu'il convoquait plusieurs peurs irrationnelles, mais tellement répandues, en particulier la coulrophobie, c'et à dire la peur des clowns. Le roman, qui a eu un immense succès, à contribué à répandre cette phobie, et le téléfilm éponyme des années 1990 -qui, s'il n'est pas exempt de défauts, a le mérite d'exister- n'a pas calmé cette tendance.

 

King a été massivement adapté au cinéma et à la télévision depuis 40 ans, mais il semblerait qu'un revival soit en cours depuis 2016, avec la production de la série à succès Stranger Things (inspirée de l'oeuvre de King entre autres), la sortie au ciné de La Tour sombre (dont je ne saurais vous parler, ne l'ayant pas vu), l'adaptation en téléfilm de The Mist (Brume en VF), celle de Mr Mercedes en série, la série 22.11.63, l'adaptation Netflix de Jessie, et avec ce Ça, qui s'empare de la première partie du roman éponyme de Stephen King.

 

Il y avait de quoi craindre le pire, le casting ne comprenant que des inconnus, un réalisateur confidentiel aux manettes, et une campagne marketing relativement agressive. Puis les premiers retours sont sortis, carrément positifs, et parfois ils sont venus de personnes connaissant éminemment l'œuvre du King et étant très méfiantes par rapport aux adaptations (un coucou très amical à Mélanie Fazi en passant) ont confirmé cette impression d'ensemble : le film est bon.

C'est donc avec confiance -toute relative, cependant- que je suis sorti de ma grotte pour aller voir le film d'Andy Muschietti. Dès les premières images, je me suis senti chez moi : des préadolescents, une ambiance à la fois angélique et oppressante, une caméra à hauteur des protagonistes, et un personnage à la fois mielleux et terrifiant, j'ai nommé Grippe-Sou (Pennywise en VO), un clown qui hante les égouts de Derry, petite ville du Maine. C'est la poursuite du bateau en papier fabriqué par son grand frère Billy qui amène Georgie, 5 ans, à se pencher vers le caniveau de sa rue. Et à y croiser cet être étrange, qui lui propose de venir flotter avec lui et quelques autres personnes en bas... Ou à récupérer son bateau, que le clown a récupéré. Cette invitation n'est pas innocente, et le pauvre Georgie va disparaître. Inconsolable, Billy (13 ans) va passer tout son temps libre à résoudre ce mystère, avec l'aide de quelques amis de son âge. Bientôt une adolescente, Beverly, et un garçon de ferme, Mike, vont se joindre à eux. Tous ont pour point commun d'avoir des peurs irrationnelles ou rationnelles, et de vivre au quotidien avec, tout en étant persécutés par une bande d'adolescents menés par Bowers, le fils du shérif.
 

L'un des points forts du roman de King est la psychologie des personnages, tous différents, mais tellement crédibles et touchants. Muschietti et ses scénaristes ont su garder cette tendance, prenant le temps de nous présenter chaque membre de ce club des Ratés, comme ils se surnomment eux-mêmes, laissant l'inquiétude et l'action de Pennywise installer insidieusement le malaise chez les enfants de Derry... et le spectateur. Pour dire les choses crument, j'ai eu la chair de poule à plusieurs occasions, pas seulement parce que le film file les chocottes (je vous conseille d'aller faire pipi AVANT d'entrer dans la salle), mais surtout parce que j'ai trouvé l'ambiance des romans de King, en particulier celui qui était adapté. Nom de dieu, il y a même des passages, pas forcément tristes, où j'ai été ému, vraiment. Les gamins ressemblent physiquement à ceux dont j'avais gardé le souvenir indélébile. Le clown est moins grand guignol que celui du téléfilm. On est dans une chronique adolescente, et on y croit. Parmi les enfants, je citerai le jeune acteur Finn Wolfhard, échappé de Stranger Things (tiens tiens...), qui joue le boute-en-train binoclard Richie Tozier, l'un de mes personnages préférés de tous les temps, et Sophia Lillis, qui incarne Beverly, la seule fille du groupe. Une adolescente lumineuse, qui va faire tourner pas mal de têtes dans les années à venir, et pas seulement pour son physique. Mention spéciale à Nicholas Hamilton, qui joue Henry Bowers, lequel reporte la violence de son père sur ses camarades plus jeunes. Malgré son physique de Mc Gyver adolescent, il mérite d'être revu.

Les effets spéciaux sont bien sûr présents, on est dans un film d'horreur avec un monstre, mais ils ont su rester relativement discrets ; on n'est pas non plus dans la course aux scènes-choc, comme je l'indiquais plus haut on respire pas mal, sauf dans la dernière demi-heure, où les Ratés sont directement en prise avec le danger. En cela, ce Ça se démarque heureusement des productions horrifiques actuelles, et respecte l'esprit de King. Et puis il y a ces clins d'œil -un peu appuyés parfois-, comme le nom de la bicyclette de Billy, les films qui passent au cinéma de Derry (relevant du fantastique ou du thriller). Bref, c'est soigné de bout en bout, ou presque. La réalisation de Muschietti est TRES efficace ; elle fait la part belle à ses jeunes acteurs, évite l'esbroufe en termes de mouvements de caméra, et se montre au diapason avec la musique, signée Benjamin Wallfisch. Les producteurs ont choisi de placer les aventures des enfants en 1989, et non pas en 1962, sans doute pour que l'action du second film demande moins en coûts de production car se déroulant en 2016... Une divergence qui ne me chagrine pas, l'ambiance des années 1980 étant bien rendue.



Les trucs qui ne m'ont pas plu ? Oui, il y en a eu, mais c'est plutôt du chipotage. On ne voit pas assez les Friches -et par extension la ville de Derry- à mon goût, alors qu'elles sont presque un personnage à part entière chez King. Certains bouts de dialogue m'ont semblé sonner faux, dans la bouche de gamins de 13 ans en particulier. Peter Skarsgard frôle le ridicule à une ou deux reprises, mais c'est plutôt dû à son personnage de clown, qui a donc une dimension... pathétique, à côté de ses grimaces et ses dents multiples. Certains personnages secondaires ne sont pas forcément bien interprétés, vous direz que ce n'est pas important, mais au contraire, tout a un sens chez King, même l'évènement le plus anodin. Je ne suis pas fan de l'affiche, mais là je chipote vraiment. 

 

Quelques mots sur le marketing qui a entouré la sortie du film. Dans un certain nombre de grandes villes, des fausses plaques d'égoûts accompagnées de ballons rouges (l'un des signes de la présence de Pennywise) ont été collées sur les trottoirs. Un plan marketing qui a inspiré quelques mauvais plaisantins...

 

Si je devais vous donner une idée de la qualité et de l'ambiance qui règnent sur ce film, je convoquerais les Goonies, mais surtout le Stand by me, de Rob Reiner (tiens, c'est adapté de... Stephen  King). Le film a eu un démarrage canon aux Etats-Unis. Il détient désormais le record pour une sortie en septembre, en automne, et pour un film d'horreur interdit aux moins de 17 ans non accompagnés d'un parent, selon le site internet Box-office Mojo. 

Et vous savez quoi ? En sortant du film, je lisais un Stephen King, qui a failli me faire rater ma station de métro...

 

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Films

 

Jun Naruse porte en elle le poids des regrets. Alors que ses parents lui reprochent d’être la cause de leur rupture, un être magique lui jette un sort qui la rend muette. Au lycée, elle est choisie par son professeur pour créer le Comité Régional d’Échange et d’Amitié. Se dessine alors un collectif au mélange inattendu composé de personnalités atteintes de troubles émotionnels, tout comme Jun.

C'est un peu par hasard que j'ai vu cet anime, sans rien en connaître, simplement attiré par le pitch qui semblait faire la part belle à des gens cabossés par la vie. Mais ces blessures ne sont pas, à mon sens, exagérés : Jun ne parle plus depuis la rupture de ses parents, dont son père, en particulier, la rend responsable, et Takumi est un garçon plein d'empathie, alors que le sportif qui se retrouve bien malgré lui dans leur comité a tendance à prendre tout le monde du haut de son mètre quatre-vingt-dix. Mais malgré ces figures presque archétypales, le réalisateur Tatsuyuki Nagai évite la caricature, et nous propose un récit où les émotions sont bien dosées, un peu trop même à une ou deux reprises, où l'ambiance reste malgré tout assez joyeuse, malgré les coups du sort. Mon avis, à la suite du visionnage, est donc partagé, mais plutôt du côté positif : autant j'ai trouvé les personnages un brin caricaturaux, autant le traitement et l'atmosphère générale m'ont bien plu.

L'animation est de qualité, le packaging de Kazé Anime, même s'il est spartiate, permet à l'œil de s'intéresser à la jaquette du DVD. Vraiment sympathique.

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Films

 

Et revoilà donc King Kong, remis au goût du jour des années 2010. Sans être particulièrement fan ou connaisseur du personnage, j'ai pourtant vu les trois versions principales précédentes. Celle-ci, réalisée par un inconnu, est de loin la moins réussie.

 

Un groupe d'explorateurs plus différents les uns que les autres s'aventurent au cœur d'une île inconnue du Pacifique, aussi belle que dangereuse. Ils ne savent pas encore qu'ils viennent de pénétrer sur le territoire de Kong…

 

En fait d'"explorateurs plus différents les uns que les autres", on a surtout un militaire borné, un chasseur chevronné, et une photographe un poil intrépide, au milieu d'un groupe aux contours mal définis (15, 30 membres ?), et c'est tout. Il y a une autre femme, asiatique, et un scientifique de couleur. Dommage, il manque un hispanique un peu rigolo. L'action se situe en 1973, pour que la découverte d'un soldat de la Guerre du Pacifique reste crédible.Contrairement à ce qu'il se passe dans bien des survivals, les rescapés du crash de l'avion cherchent avant tout à se regrouper. Par contre on ne comprend pas trop pourquoi un groupe de 10 ou 15 marines fait tout pour en récupérer un seul dans une île infestée de monstres géants, même s'il est sympa... Le scénario est construit de façon à ce qu'on aie de l'empathie pour Kong, lequel, malgré une confrontation initiale assez violente, va finir par aider ce groupe d'intrus... Ce n'est pas vraiment compréhensible, car il aurait tout intérêt à laisser les autres monstres décimer les humains...

 

Le casting est truffé de stars : Samuel L. Jackson, qui a l'air de s'ennuyer ferme dans son rôle de militaire borné, à mille lieues de celui du patron du S.H.I.E.L.D. ; Tom Hiddleston, qui ne joue pas de son charisme habituel, même s'il n'y a pas de romance avec l'héroïne ; John Goodman, qui semble savoir dès le début qu'il va finir dans le gosier d'un lézard géant ; et John C. Reilly, qui à la limite a le rôle le plus développé.

 

Les effets spéciaux sont assez bons (mention spéciale pour le combat dans le charnier/cimetière), Kong est bien foutu, ainsi que les autres monstres géants, mais cela ne suffit pas à faire un bon film, loin de là même... Il semblerait que ce film soit le deuxième segment d'une série de longs-métrages parlant de la terre creuse, une théorie à peine effleurée par l'un des personnages, le premier étant le Godzilla de Gareth edwards sorti en 2014. Pour l'heure, l'ensemble n'est pas bien convaincant...

 

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Films

La population terrienne en constante augmentation épuise toujours plus les ressources de sa planète. Seule solution pour éviter l'extinction : faire proliférer sur Mars l'unique forme de vie capable d'endurer son environnement et de le rendre habitable : le cafard.

An 2599. La terraformation entre dans sa phase finale et les rampants doivent maintenant être exterminés. À bord du vaisseau spatial “Bugs 2", quinze jeunes gens venus des quatre coins du globe, et génétiquement modifiés en vue de cette tâche, s'apprêtent à atterrir sur Mars. Ils ignorent encore tout du sort de leurs prédécesseurs disparus en tentant de remplir la même mission…

 

J'avais entendu parler du manga du même nom, et j'étais curieux de voir la série animée qui en a découlé. Les personnages, nombreux, sont peu à peu dévoilés dans des flashes-backs assez intéressants. On se rend compte qu'ils ont tous des raisons valables, mais pas toujours heureuses, de se rendre sur la planète rouge. Bien sûr ils vont se retrouver face à une menace plus grande que ce qu'ils craignaient, avec en filigrane l'Evolution, avec un grand E. La série propose également pas mal d'apartés scientifiques, sur les différents animaux hybridés avec les membres de l'expédition, ou sur les différentes créatures martiennes. Sur la planète elle-même, pas grand-chose, si ce n'est, en bonus, des entretiens, ma foi plutôt intéressants, avec des scientifiques, un géologue et un physicien, qui donnent leur avis sur la Mars présentée dans la série, l'état des recherches et les perspectives en rapport avec Mars.

A l'issue des 12 épisodes de cette première saison, on reste un peu sur notre faim, car nos naufragés de l'espace doivent survivre, se battre encore et encore contre les cafards, dont on ne sait pas grand-chose.

 

Surdopé, spectaculaire et un brin nébuleux, c'est une série intéressante.

 

Spooky

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog