Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique. Chroniques sur le cinéma, la littérature, les jeux, séries TV, bandes dessinées.

Publié le par Spooky
Publié dans : #Films

Carrie est une collégienne timide, maladivement timide, qui fait l'objet de fréquentes humiliations de la part de ses camarades. Mais lorsqu'après une séance de sport, ses règles se déclenchent sous la douche, survient l'humiliation de trop : pas au courant de ce que sont ces manifestations physiologiques, elle panique et se fait bombarder de serviettes périodiques et de tampons par ses camarades. La scène est même filmée, et diffusée sur internet. Rentrant chez elle, l'adolescente subit les foudres de sa mère, grenouille de bénitier de la pire espèce, qui l'enferme dans un placard. Mais ses bourreaux doivent payer leur comportement, et sous la menace d'une exclusion des cours et du bal de fin d'année, sa camarade Chris Hargensen décide de se venger. Ca tombe bien, une autre adolescente, repentante, demande à son petit ami d'inviter Carrie au bal de fin d'année. Le moment idéal pour Chris de faire subir les pires outrages à son ennemie jurée. Mais c'est sans compter sur les étranges pouvoirs que Carrie semble avoir acquis après l'apparition de ses règles...

Inspiré par le roman éponyme de Stephen King, ce long métrage de Kimberly Peirce est en fait un remake (qui ne l'assume pas) du film de Brian de Palma, sorti deux ans après la parution du roman, en 1976. Celui-ci a d'ailleurs connu une suite, Carrie 2 (1999) et une version télévisuelle en 2002. Cette nouvelle itération avait pour ambition (comme plusieurs remises à zéro d'autres adaptations de King, comme Ca ou The Shining) de remettre ce classique de la littérature de terreur au goût du jour, en 2013. Avec en tête d'affiche Chloe Grace Moretz (la révélation de Kick-Ass) dans le rôle-titre, et Julianne Moore dans celui de sa mère folle de Dieu. Mais très vite le film de Peirce (dont le sommet de carrière avait été atteint avec Boys don't cry, en 1999) souffre de la comparaison avec le De Palma. En effet l'ensemble est réalisé de façon très plate, alors que le premier se montrait enlevé, audacieux, et qu'il baignait dans une ambiance quasiment électrique et franchement sensuelle. Les effets spéciaux ont bien évolué en 45 ans, mais dans une histoire où la psychologie est aussi importante que les scènes-choc, cela ne suffit bien évidemment pas. Et pour le coup, certains effets sont instantanément risibles.

J'aime bien les deux actrices principales, mais on est loin de leurs meilleurs rôles à toutes les deux. En outre le choix de Moretz (hormis pour son âge, proche de celui de son rôle, contrairement à ses devancières) me semble maladroit : elle est trop jolie pour le rôle, son physique harmonieux, son visage "mignon" (sans toutefois être une bimbo) ne cadrant pas avec le personnage de Carrie. Sissy Spacek reste donc à ce jour la meilleure interprète du rôle.
 

Une fois le film terminé, il en reste... quasiment rien. Sauf l'envie de revoir le film original.

 

Spooky

Commenter cet article
S
Je n'ai pas vu cette nouvelle version de Carrie, j'avoue que l'interprète principale y est un peu pour quelque chose. Depuis Kick Ass où elle bouffait l'écran en tant que gamine psychopathe, elle ne m'a plus jamais convaincu dans aucun de ses rôles suivants, et encore moins ses rôles "d'adultes"... bon et puis vouloir refaire ce que Brian De Palma avait déjà si bien fait il y a 40 ans et qui est depuis devenu un classique, c'était déjà très ambitieux (inconscient ?) à la base...
Répondre
S
Je dois t'avouer qu'au sujet de la jeune actrice, je suis assez d'accord, même si je n'ai pas vu beaucoup de films dans lesquels elle apparaît.

Articles récents

Hébergé par Overblog