Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique. Chroniques sur le cinéma, la littérature, les jeux, séries TV, bandes dessinées.

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

«  On entre, on prend le fric, on ressort. Personne ne sera blessé.  » 
Damien, Élie, Audrey et Driss étaient certains d’avoir trouvé la réponse à tous leurs problèmes : braquer un bijoutier véreux, qui ne risquerait pas de porter plainte. Mais maintenant, l’irréparable a été commis, et un monstre vengeur est lâché à leurs trousses.
Olivier Salva, policier placardisé dans un groupe de surveillance, devient malgré lui le témoin clé d’un cyclone meurtrier, et se retrouve plongé dans le sillage d'un assassin aussi glacial que méthodique.
Des contrées désertiques aux méandres des rues toulousaines, quand la vindicte est en marche, plus rien ne peut l’arrêter…

 

Cédric Sire était jusqu'à ce roman, paru en 2019 chez Cosmopolis (puis en poche chez Harper Collins), connu sous le nom de Sire Cédric. Un virage symbolique puisque l'un des personnages principaux est une personnes dont l'identité a été effacée. C'est aussi, à l'instar du tueur diabolique et insatiable qui donne libre cours à sa vindicte, une métamorphose : l'auteur teintait jusque-là ses polars et ses thrillers de fantastique, de paranormal, ici point d'éléments surnaturels. Recommandé par Franck Thilliez, un autre auteur brillant du genre, Cédric Sire propose un récit percutant, échevelé, qui ne laisse que peu de temps pour souffler. Ses chapitres sont courts, voire très courts, et passent très vite d'une trame narrative à l'autre, nous permettant de suivre deux traques sans pitié. Certes, le roman fait presque 800 pages en édition de poche, mais on ne les sent absolument pas, l'auteur se révélant comme un redoutable page-turner.

 

Il va falloir que je me penche sur le reste de sa production...

 

Spooky

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog